V.
écrit à

   


Claude Frollo

   


Tracas

    Cher Dom Claude,

Deux questions me tracassent, pourriez-vous, je vous prie, y répondre.

Êtes-vous sûr de ce que vous croyez être?

Un chausson se trouve dans le trou à rats de sœur Gudule, elle le garde précieusement; Esméralda porte un chausson autour du cou, attaché à son collier... Faites-vous le rapprochement?

Salutations,

V.

Correspondant inconnu,

Savons-nous réellement qui nous sommes? Et cependant, le fait même de s'interroger sur soi-même n'est-il pas connaissance de soi, donnée par la grâce de la connaissance de Dieu? Noverim me, noverim Te! Ainsi saint Augustin atteignit-il au plus profond de l'âme, qui, se dépassant elle-même, fit jaillir de l'expérience intérieure la lumière capable d'éclairer l'existence. Car la perception de soi que nous procurent nos sens est un leurre, limitée et altérée par l'écran même que représentent les sens, -et seule l'élévation ad superiora vers l'unité de Dieu nous permet d'atteindre notre fin suprême.

Vivere, reminiscere, intellegere, volere, cogitere, sciire, judicare sont des compétences humaines, mais non agies par un quelconque élément matériel. De fait, alors même qu'elle se cherche, et qu'en se cherchant elle imagine, désire, se remémore et comprend, l'âme se connaît.

Méditez sur ces textes, épistolaire mystérieux, plutôt que de divaguer sur d'improbables relations humaines...

Que Dieu vous vienne en aide!

Dom Claude Frollo, archidiacre