Vinciane
écrit à

   


Claude Frollo

   


Saint-Patrick

    Cher Dom Frollo,

Je vous souhaite une excellente fête de la Saint-Patrick.

Je profite de cette lettre pour vous mettre en garde contre Quasimodo: c'est lui qui causera votre perte du haut de Notre-Dame.

Je vous en prie, tenez compte de mes paroles, aussi horribles soient-elles.

Que Dieu vous garde.

Vinciane

Dame Vinciane,

Seriez-vous originaire de la lointaine Bretagne insulaire, pour porter ainsi une attention particulière à la fête de Patricius? Pourquoi me parler de cette fête, tellement sujette à caution puisque Maewyn Succat n'a pas été régulièrement canonisé? Toutefois, il demeure un véritable apôtre évangélisateur, qui a su chasser le démon païen des anciens cultes celtiques, de ces superstitions barbares, perverties, ignorantes du Dieu véritable. Bienheureuses soient donc ses œuvres et sa mémoire, dont vous rendez témoignage jusqu'en votre lointaine époque.

Quant à votre étrange mise en garde, je la traiterai du même rejet que j'ai eu de toutes les soi-disant révélations et autres prophéties de malheur que m'ont transmises vos contemporains; car n'oubliez pas les paroles du Lévitique: «si un homme ou une femme sont évocateurs d’esprits, ou diseurs de bonne aventure, ils seront certainement mis à mort; on les lapidera avec des pierres: leur sang sera sur eux.»

À Dieu, dame Vinciane, ne vous fourvoyez pas dans des chemins hasardeux.

Dom Claude Frollo, archidiacre