Question indiscrète
       

       
         
         

Evelyne

      Paris, en l'an de grâce 2003

Claude,

Pardonnez-moi de poser une question subversive au saint homme d'église que vous êtes, mais... que pensez-vous des femmes?

Répondez-moi!


Que Dieu vous garde!

Evelyne

 

       
         

Claude Frollo

      Orgueil et impertinence, que pouvait-on espérer d’autre?

Femme, relisez Saint-Paul:

«Que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis de prendre la parole; qu'elles se tiennent dans la soumission, selon que la Loi même le dit.»

Relisez Saint-Jean:

«Je vis une femme assise sur une bête écarlate, pleine de noms de blasphème, ayant sept têtes et dix cornes. Cette femme était vêtue de pourpre et d'écarlate, et parée d'or, de pierres précieuses et de perles.»
«Elle tenait dans sa main une coupe d'or, remplie d'abominations et des impuretés de sa prostitution. Sur son front était écrit un nom, un mystère: Babylone la grande, la mère des impudiques et des abominations de la terre. Et je vis cette femme ivre du sang des saints et du sang des témoins de Jésus.»

Vous comprendrez ma réserve et mon isolement, vous comprendrez à quel point votre courrier est importun, et vous comprendrez que je ne souhaite pas converser avec vous davantage.
Ainsi, permettez-moi de ne pas vous répondre.

Dom Claude Frollo, archidiacre. 
         
         

Evelyne

      Paris, le 6 décembre de l'an de grâce 2003

Ah! Claude, puissiez-vous toujours conserver cette force d'âme!

Prenez soin de vous. La tentation survient parfois là où on l'attend le moins, et révèle malgré nous notre condition humaine. C'est une faiblesse, mais une force aussi.

Je prierai pour vous! Que Dieu vous ait en sa sainte garde!

Evelyne (organiste de son état).
         
         

Claude Frollo

      Notre-Dame, 1476, Paris

Ma fille,

Je vous remercie de vous soucier de moi. Mais n'ayez aucune crainte, je suis toujours sur mes gardes.

Que cette période de fêtes vous apporte joie et bonheur.

Que Dieu vous bénisse!

Claude Frollo, archidiacre
         
         

Evelyne

      Paris, le 27 janvier de l'an de grâce 2004

Merci, Claude, pour vos bons voeux, qui m'ont joyeusement surprise et auxquels j'ai été très sensible. Ce n'est pas commun de recevoir des voeux de quelqu'un comme vous!

J'espère que vous avez passé d'heureuses fêtes pour la Nativité de Notre Seigneur, et je vous souhaite à mon tour une paix profonde en cette année nouvelle (qui est pour vous... 1477?)

Vous qui entrez dans la force de l'âge, à trente ans révolus, puissiez-vous garder votre courage et votre foi! Quels sont vos projets?

Je pense bien à vous,

Evelyne
         
         

Claude Frollo

      Notre-Dame, 1477, Paris.

Ma fille,

Je ne suis pas sûr que l'on peut dire que j'ai passé de «joyeuses» fêtes...

Quand vous passez votre temps à vous occuper des miséreux et donc à côtoyer la misère de ce monde, ce n'est pas très joyeux... Oui nous sommes en l'an 1447.

Mes projets? Eh bien je vais continuer à partager mon temps entre la religion et la science.

Que voulez-vous, être archidiacre n'est pas de tout repos.

Que Dieu vous bénisse!

Claude Frollo, archidiacre.