Ophélie
écrit à

   


Claude Frollo

   


Que le calme te revienne

    Damné né trop tôt dans ce Moyen-Âge obscurci par l'angoisse humaine,

Le Ciel, s'il n'est porteur de la Divine Espérance, n'est qu'une bouche béante qui s'épanouit dans un effroyable ricanement. La longue et inutile complainte des poètes maudits n'est pas encore, et l'homme seul lance son regard vers le Ciel, muette et invisible prière.

«Grand Bois, vous m'effrayez comme des cathédrales!» Et c'est en vain que les psaumes portent leurs exhalaisons près de ta geôle. L'alcôve de pierre a ses duretés pour un cœur échauffé. L'âtre ne rassure plus et sa lueur devient blafarde.

Je connais, comme toi, la douleur qui incise la chair et fait courber l'âme. Et cette souffrance n'espère ni trêve ni grâce. Et si «les rides s'impriment à ton grand front d'alchimiste», ce ne sont pas celles de la science! Et pourtant, tu étais proche de pouvoir dire «j'ai pétri de la boue et en ai fait de l'or».

Que le calme te revienne.

Profonde amitié,
 
Ophélie


Cloîtré sous l'arc parfait, la pure ogive antique,

Longuement affûté par l'étude hermétique,

Amoureux de science et quêteur d'absolu,

Universel penseur, mais las d'avoir trop lu,

Docteur des sept vertus que mon orgueil renie,

Esprit impopulaire ainsi que tout génie,
 
Fiévreux savant -j'abjure tout! Ma passion

Réveille chaque nuit la même obsession:

Ô toi qui fis grandir sous ma robe de prêtre

Le désir incessant qui me gouverne en maître,

Livre-moi de ton corps la soie et le parfum,

Oh! Pierre précieuse! oh, mon unique faim!

Suivez mon acrostiche, dame Ophélie, amie des muses, remède à ceux qui souffrent, secours dans l'adversité. Que vos paroles trouvent leur résonance dans le monde où je vis; puissé-je selon votre prière recouvrer ce calme que procure l'acte accompli -la réalisation de mes noces chimiques -l'extraction en toute chose de la quintessence -et l'apaisement de la science enfin achevée, dans la transcendance de la matière sublimée.

L'Esprit accompagne votre route -qu'il vous soit lumière perpétuelle.

Dom Claude Frollo, archidiacre