Alexandra
écrit à

   


Claude Frollo

   


Pourquoi s'obstiner?

    Cher Claude Frollo,

Je suis en train de lire en ce moment «Notre-Dame de Paris» et votre personnalité assez complexe est pour moi tout de même touchante... Nous pouvons voir que sous cette hauteur et cette réserve, se cache un cœur qui peut aimer... En parlant de cela justement, pourquoi vous obstinez-vous sur Esmeralda? Une jeune fille de son âge et aussi jolie serait plus heureuse avec un autre qu'avec un homme d'Église, si je puis me permettre! Pourquoi ne reniez-vous pas cette passion? Je sais que cela serait dur... Mais cela finira par vous détruire! Après tout cela n'est que mon humble avis...

En attendant avec impatience votre réponse.

Alexandra

Ah! dame Alexandra, vous ignorez qui est l'Émeraude, sans quoi vous n'en parleriez pas en ces termes... Il ne peut être pour moi de plus haut idéal. Dieu! Avoir cherché tant d'années durant la verte pierre des Philosophes, soif de mon âme, altération de mon cœur, et découvrir incarnée devant moi l'image même de mes rêves les plus profonds! Et sentir alors ce même désir, qui avait embrasé mon âme d'étudiant dans la découverte de la beauté des sciences, fleurir à présent dans mon corps et le soumettre tout entier! Oh! il n'est pas d'autre choix possible qu'elle!

Car l'Émeraude est la fraîcheur de mon âme, la fontaine qui seule me désaltérera, l'eau de mon baptême, liqueur ardente et secrète, étincelle, flamme enclose, impérissable; elle est la feuille sous le vent, la source primitive, la nuit étoilée, et la pluie de ses astres sur mon corps ébloui; elle est la beauté des forêts, leur ombre, leur éclat sous la lune, leur éclat sous la foudre, qui me terrasse de sa passion; elle est jeunesse verte et neuve, à moi qui suis silence, feu et maturité -elle est vase exquis, rosée de printemps, pierre précieuse sur ma route, et comment pourrais-je m'en détourner?

Car je n'ai que trop étudié la Parole perdue, le Verbum dimissum des Pères en alchimie. Et je sais que la rosée de mai, qui s'épand en abondance au mois dont elle porte le nom, peut seule s'apparier à l'or fou, à l'or clos, pour lui rendre la vigueur de sa virilité et sa fertilité. Et cette union mystérieuse se réalise avant l'aube, dans l'obscurité, dans la tranquillité, la limpidité de l'atmosphère vernale.

Comprenez-vous que je n'aie pas d'autre attente, d'autre espérance que la nocturne, la précieuse, la sombre et stellaire Esméralda?

Priez pour mon âme qui n'en peut mais.

Dom Claude Frollo, archidiacre



Cher Claude, (si vous me permettez de vous appeler ainsi)
 
Vraiment, vous ne méritez pas de vivre cette torture! D'ailleurs, je pense que personne ne mérite de vivre une telle souffrance...

Si je puis me permettre, comme certains de mes contemporains vous l'ont écrit, Esmeralda ne mérite pas votre amour! Certes, elle est très belle, et je peux comprendre votre désir envers elle, mais ouvrez les yeux, cela ne fait pas tout! Raisonnez-vous, je puis vous assurer que si vous la connaissiez vraiment, vous tomberiez de haut! Hormis sa beauté, on ne peut pas dire que cette fille ait été gâtée... Elle est, par conséquent, très naïve, pour ne pas dire autre chose... Vous qui avez une grande réserve envers la gente féminine, pourquoi accorder cette exclusivité à cette fille? Regardez autour de vous Claude! Je ne parle pas forcément d'amour mais aussi d'estime et d'amitié. Vous pouvez trouver de bien meilleures compagnies féminines!

Je ne cherche pas à critiquer votre façon de vivre, mais simplement à vous aider, même si je sais que, malgré tous ces conseils, je ne pourrai hélas pas changer cette tragique histoire...
 
En espérant tout de même que le calme et la sérénité vous reviennent,

Alexandra