V.
écrit à

   


Claude Frollo

   


Mélancolie

    Cher dom Frollo,

Depuis quelque temps je suis mélancolique. Je déprime, je pleure sans cesse et sans raison dans mon petit coin, personne ne me voit. Puis un jour, j'ai lu: «La mélancolie, c'est le bonheur d'être triste». J'ai retrouvé un peu d'espoir en l'avenir. Je vous souhaite à vous aussi cette lumière, cette flamme qui éclairera votre chemin dans la pénombre.

V.


Soyez remerciée, Dame Vinciane, pour vos vœux d'espérance et de clarté.

Mais prenez garde à ne pas fourvoyer votre âme dans un chemin trompeur. Votre allusion au «bonheur d'être triste» m'a laissé fort perplexe... La grâce de Dieu ne peut être que joie pure, et trouver un plaisir dans la souffrance, un piège du démon. Que votre chagrin soit pour vous un baptême, et non un contentement.

Et souvenez-vous de la théorie humorale d'Hippocrate, qui définissait l'atrabile, μελανχολία, comme une source de génie, de folie, de dépassement de soi. Vous possédez cette force, qui permet de vivre un deuil et de le transcender, Dame Vinciane; c'est un privilège, puisez-y votre énergie.
 
Allez en paix,
 
dom Claude Frollo, archidiacre