Laetitia
écrit à

   


Claude Frollo

   


La chute

    2 octobre 2011

Cher Dom Claude,

Je vous écris ce soir dans le plus grand désespoir et dans la peur. Les fondements de la société dans laquelle je vis sont en train de s'effondrer; les éléments se déchaînent partout sur terre; le système économique qui est le nôtre, basé sur le crédit et l'usure, va chuter très bientôt; les cavaliers de l'Apocalypse arrivent à grand galop vers nous. Depuis votre lointaine époque, vous ne verrez pas la chute mais je vous demande humblement de prier pour nous qui assistons à la fin.

Laetitia


Ainsi donc, dame Lætitia, l'heure du jugement serait connue, et se trouverait dans votre lointaine époque?

Gardez votre foi intacte, et craignez Dieu! Car il y aura des pleurs et des grincements de dents, et l'arrogance tremblera sous Sa magnificence, qui consumera tout. Priez et veillez, la fin des temps verra l'avènement de Notre Seigneur -Il viendra la nuit comme un voleur, «sicut fur in nocte ita veniet»- et il faudra être prêt.

Ah! je croyais que mon siècle découvrait le début de ce crépuscule, de cette déchéance inéluctable que marquera comme au fer rouge le sceptre du Tout-Puissant! Mais non, il faudra donc encore plusieurs générations avant que ne se déchaîne Sa colère, et que ne viennent les cavaliers de la Révélation!

Mais vous parlez d'usuriers; le prophète Isaie n'a-t-il point rappelé la gratuité des dons de Dieu, -«venite ermite absque argento et absque ulla commutatione vinum et lac»? Vos contemporains ne l'entendraient-ils plus?

Cependant, gardez tout espoir, car le Seigneur est patience et miséricorde -je sais qu'Il aura pitié de votre âme, qui est droite comme l'épée- alors que j'ai n'ai plus aucun espoir pour mon salut, et que je n'attends plus que les flammes de la géhenne pour tout purifier.

Heureuse êtes-vous, enfant, qui pourrez bientôt connaître la rédemption du Jugement!

Que Dieu vous ait en Sa sainte protection.

Dom Claude Frollo, archidiacre.