Christophe
écrit à

   


Claude Frollo

   


Etude du nom

   

Révérend archidiacre de Jonas,

Je m'intéresse au sens de votre nom dans l'œuvre de Victor Hugo. Au delà que votre nom soit la personnification de l'or alchimique et du feu ardent qui tend vers l'émeraude incarnée par Esmeralda, y aurait-il d'autres significations, telle que «Claude» qui prend racine dans le nom latin «Claudus» qui signifie «boiteux»? un déséquilibre mental serait-il à l'origine de ce prénom? Et ce nom, Frollo, qui sonne si bien avec le mot latin «follus», pour dire fou: serait-ce une coïncidence? Même le mot latin «focus», le foyer, la famille, s'accorderait bien avec votre nom, bien que vous soyez devenu orphelin à peine entré dans l'âge adulte, et pour seule famille vous restant cet impertinent de frère, Jehan, et pour fils adoptif le bien laid et boiteux (physiquement cette fois) Quasimodo. Mais ces théories tiennent-elles la route? D'autres interprétations seraient-elles possibles?

Merci de votre réponse et mes salutations les plus distinguées en enfer,

Christophe


Maître Christophe,

Je ne suis pas archidiacre de Jonas, «Iona qui erat «in ventris piscis magnis» tribus diebus et tribus noctibus», mais de Josas, «archidiaconus Josae».

Le chapitre de Notre-Dame de Paris comprend, après les dignités du doyen et du chantre, «decanus et cantor», trois archidiacres, «archidiaconus Parisiensis (autem archidiaconus major Parisiensis)», archidiacre de Paris, «archidiaconus Josae», archidiacre de Josas, «et archidiaconus Briae», archidiacre de Brie. Ma charge est celle de l'archidiaconé de Josas, qui s'étend à l'ouest et au sud de la Seine, englobant aussi la rive gauche de la capitale. La connaissance de la composition du chapitre me semble s'être quelque peu altérée à votre époque...

Mais vous posez une question fort intéressante à propos de mon nom. Si votre âme a soif de cette quête qu'est l'Œuvre alchimique, vous y trouverez d'autres sens que ceux que vous évoquez dans votre missive: dans mon prénom cherchez bien sûr le boiteux, «Héphaïstos» le forgeron, qui connaît l'Art métallique, et aussi «Kronos», l'allégorie du plomb; mais cherchez aussi ce qui est clos, «clausus», abouti, achevé; cherchez l'anagramme de Frollo, métal mystique, saturnien, - toujours «Kronos», vieillard -vieil or- vieillard et fou; cherchez la carte du Tarot, le Fou, qui est aussi l'Alchimiste -qui est aussi le claudicant, κουτσός, koustos, celui qui boite, ou celui qui jase, donc qui parle la langue des oiseaux...; cherchez, ami, cherchez toujours, si telle est votre quête...

Mais le dernier trait d'impertinence de votre lettre me fait craindre que votre cœur n'ait pas la sincérité que requiert l'Œuvre. Ne jouez pas avec le démon, maître Christophe, mais portez notre Seigneur Christ comme l'indique votre propre nom. Ne le trahissez pas.

Dom Claude Frollo, archidiacre