Prérana
écrit à

   


Claude Frollo

   


Admiratrice

   

Bonjour mon Père,

Je m'appelle Prérana. J'ai dix-neuf ans. Je ressemble en tout point à Esméralda. Si j'avais été elle, je serais partie avec vous pour vivre ma vie. Elle a fait une erreur en vous ignorant. J'ai demandé à vous faire. Accepteriez-vous de devenir mon confesseur? Je suis très croyante.

Au plaisir,

Prérana


Madame,

Il ne m'est pas loisible de refuser le sacrement de confession à quiconque le sollicite.

Toutefois, vous n'êtes pas sans savoir que, depuis le quatrième concile du Latran, le droit canonique impose strictement la confession auriculaire -elle seule permettant de préserver l'intimité de l'âme et de garantir le sceau du secret.

De fait, comme le seul moyen de communication qui nous est offert à tous deux, par delà l'espace et les siècles qui nous séparent, est celui des courriers de Dialogus, vous comprendrez qu'il n'est pas envisageable que je reçoive de vous un témoignage de pénitence écrit et public.

Malgré tout, si votre piété est aussi ardente que vous la décrivez, je ne puis que vous inciter à recourir aux soins d'un clerc de votre diocèse et de votre époque.

Par la grâce de Notre-Seigneur Jésus-Christ,

dom Claude Frollo, archidiacre.


Bonjour Claude,

Je vous remercie d'avoir voulu me consacrer un peu de votre précieux temps.

Vous portez le même prénom que mon père. Si vous voulez en savoir plus sur moi n'hésitez pas à m'écrire.

Au plaisir,

Prérana



Madame,

Je n'ai jamais porté d'intérêt à mes semblables, la science seule a été pour moi une soeur et une amie, la source de mes joies et la compagne de mes heures solitaires. La fréquentation des humains n'a jamais enrichi mon âme, leur ordinaire hostilité à mon égard m'indiffère, et les rares élèves que j'ai pris la peine d'enseigner ne m'ont procuré que déception et ennui -je ne vous questionnerai donc point sur votre personne, je n'en ai nul désir.

Malgré tout, malgré le désarroi dans lequel je me trouve, en ces jours sombres et désespérés, un détail est parvenu à retenir mon attention, si tant est que ma curiosité puisse encore se trouver sollicitée... Je veux parler de votre nom, si singulier et sans doute issu de quelque terre étrangère.

Vous dites que votre père possède le même nom que moi, Claude, -clausus, -l'enclos, -l'achèvement. Savez-vous que cette appellation renferme en elle-même l'idée d'aboutissement de l'Oeuvre philosophique -de parachèvement du métal précieux?

Alors, par distraction pour un esprit supérieur et malheureux, parlez-moi des origines de votre propre nom, de son sens profane et de son sens sacré -s'il est possible encore de m'initier à un monde nouveau que j'ignorerais.

A Dieu, Madame, et à loisir,

dom Claude Frollo, archidiacre.