Métabelle
écrit à

   


Léo Ferré

     
   

Sans S

   

Il m'a dit « je viendrai au printemps »
Le printemps arrive, il n'est toujours pas là
Il a disparu, comme envolé de la terre
Son silence est pesant comme un hiver
Il m'a dit « je viendrai sans s au printemps » et moi je l'attends
Je pourrais chanter Barbara, Brel…
Lui demander « Dis, quand reviendras tu ? »
Lui pleurer « Ne me quitte pas »
…….
Mais c'est à toi Léo que je déverse toute ma tristesse
Je m'en excuse mais c'est en t'écoutant que je pleure

Métabelle


On ne va pas en sortir.
Quant au printemps c'est pas demain la veille.
C'est quand tu le veux.
Conditionnel ton futur.
Agrippe Eric quand il passera.
Essaie et dépleure.
Baliverne tes ennuis.
Ciao Métabelle
À l'autre saison
Celle où ça rime

Léo