[domi-tine+tele2.fr]
écrit à

   


Léo Ferré

     
   

Recherche 

   

Je cherche le titre de la chanson de Léo,
 
Avec ces paroles «et tous ces inconus qui mettent à la voile sur de longs autobus aux voyages hachés»;  plus loin  «le ventre au chaud les pieds sanglés de crocodile das capital prend son cafe au bar du coin».

Merci d’avance

Dominique


C’est pratique la chanson… c’est pratique d’être un artiste de variétés… on fait ce qu’on veut avec ce qu’on écrit… on ne décide rien… on met sur le papier… on voit après. On fait dans la cuisine, dans les recettes. Les vers que tu cites, je les ai publiés, en 1956, dans Poète… vos papiers! Trois poèmes: Les Passantes, Sous le ban, Das Kapital. En tout, quatre vers + huit + huit. Trois poèmes liés, ça fait une chanson. Et pour faire bonne mesure, les quatre vers de Les passantes reviennent à la fin. Vingt-quatre vers, tels quels. Presque… À un article près. Il y avait un peu trop de «les» Sous le ban. C’est devenu dans la chanson: «Errent dans les mairies aplaties sous des chaises». Cette chanson s’appelle Les Passantes, comme un clin d’œil à un frère de mélancolie. C’est dans Amour Anarchie Ferré 70 vol. 2. 1956… 1970, le temps d’une chanson, le temps que tout passe.

Écoute-moi, listen to me, ascolta me, Dominique.

À toi.

Léo