Diane
écrit à

   


Léo Ferré

     
   

Petite

   

Bonjour,

Êtes-vous pédophile? Je suis perplexe.

En espérant que le «code pénal» a réussi à réfréner vos troublantes ardeurs à «fendre le corsage qui ne recouvre qu'une idée»,

Diane



Bonjour,

Vous êtes perplexe... J'aime les rimes en X, proche du Y, pas loin du corsage, juste en dessous. Une croix et un triangle géométriquement vôtre. Quant à être «enphile»? Yes... I am an immense... En phile, en phage et en phobe. Tout le monde le sait. Pour vous, «Petite», ce n'est pas une chanson. Plutôt une déposition, un repentir, un aveu. Foutaises! Et encore une à tresser dans les clichés, les inepties. La pédophilie, l'autre Rolls de ma vie privée. Merci de vous faire le procureur et le curé de tout ceci. Ces regards pointus manquent, tellement poétiques, tellement artistiques. Quel talent, vous avez. Mais à traîner un peu trop dans la littérature jurisprudentielle et le faits divers qui croustille, «Lady Diane»! Je ne suis pas perplexe, vous êtes l'autre voyeuse visiteuse, une cadurcienne manquée, un «idem» surnuméraire. Je ne vous embrasse que de loin, ne sachant votre âge, sans envie de fendre une idée. Je ne tiens pas à apporter une autre ligne à votre verdict contumace. Quant au code pénal et à mes troubles ardeurs, permettez que je les relègue au verso de ce courrier.

Léophile