Pascal
écrit à

   


Léo Ferré

     
   

Pépée...

    Salut camarade.

Tu peux donner un bécot à Pépée de la part d'un admirateur? Merci.

Pascal.



Monsieur mon admirateur,

Vous me faites peur avec ce mot...

Passons.

Vous savez, à chaque fois, que je parle de Pépée, c'est difficile. On a dit, sur elle, beaucoup de bêtises. Moi aussi, sans doute.

J'ai porté à ce chimpanzé un amour inconsidéré. On m'a demandé, un jour, à la télé..., je ne sais pas où..., si j'avais aimé un être humain autant que Pépée. J'ai répondu avec un long silence et puis quelque chose comme «vous me surprenez... je ne sais pas...». C'est Pépée qui m'a dressé. Vraiment. Je l'ai eu avec moi pendant 8 ans. Pépée, c'était la mélancolie, c'était la solitude.

On ne sait pas ce que sont les animaux. C'est pour ça, aussi, que je les aime. J'ai toujours aimé les regarder, enfermés dans leur solitude. Ça m'a toujours ému. Leur solitude, oui, c'est bien le mot.

Et puis il n'y a pas eu que Pépée dans mon bestiaire. C'est comme ça qu'on dit, chez les gens savants! Des chiens, en particulier. Arkel, Golaud, Canaille, Egmont, et d'autres. Et Alma, la dernière, toute petite encore quand j'ai trissé vers l'azur en juillet de je ne sais plus quand.

Un jour, vous verrez, les bêtes sauront qu'on les met dans des plats. Je l'ai dit, je l'ai chanté.

A propos votre bécot pour Pépée, je le garde au chaud.

Pour bientôt.

Pour le 7 avril...

Ciao, ne m'admirez pas.

Fraternellement.

Léo Ferré




Hé, Léo...

Admirateur, oui! Mais il s'agissait de Pépée, hein!

Autre chose si tu permets: comment concilier l'Anarchie et la Franc-Maçonnerie? Ton Frangin Campion a répondu ailleurs à cette question, mais j'aimerais avoir ton avis.

Pascal



Cher Pascal,

Pas si cher que ça, d'ailleurs! Ça n'a pas raté: dès la deuxième lettre, le coup de la franc-maçonnerie! Sans majuscules pour moi.

Bien sûr que je vous permets... tout autant que je me permets d'en avoir ras la casquette... Comment concilier l'idéal libertaire et la franc-maçonnerie? Mais je m'en tape! Comme de ma première loge!

Un livre est paru sur la maçonnerie, il y a quelques années, en France, avec mézigue en couverture. Retiré de la vente. Je vous fais un dessin.

Alors oui, je suis d'une loge. Une dans chaque ville.

Et le prochain courrier, c'est quoi: la rolls? Là, ça me chauffera les pare-chocs.

Salut et fraternité.

C'est pour la rime.

Léo Ferré