Isa
écrit à

   


Léo Ferré

     
   

L'artiste

   

Tu as dit: 

« Plus tard sans trop savoir pourquoi
Un étranger, un maladroit,
Lisant mon nom sur une affiche
Te parlera de mes succès,
Mais un peu triste toi qui sais
Tu lui diras "que je m'en fiche...
Que je m'en fiche... "»

C'est comme ça que j'aurais voulu lire les mots d'adieu de l'artiste mais... La colère, la rancune de n'avoir pas su me faire oublier un grand amour les a fait moins beaux. On ne peut pas être artiste en tout, jouer avec les mots comme on joue avec la peinture ou les images.

Tant pis et excuse-moi si je dis:

« Plus tard sans trop savoir pourquoi
Un étranger, un maladroit,
Lisant ton nom sur une affiche
me parlera de tes succès,
Mais un peu triste moi qui sais
je lui dirai "que je m'en fiche...
Que je m'en fiche.. "»


Merci encore de ces courriers adressés à un autre et qui m'arrivent par un jeu de distribution. J'y lis l'attente vaine de l'attente, une démangeaison salée, une correspondance sous vide. En deux chansons lorsqu'il te lira tu lui diras que...

Léo



Tu as raison Léo. Tu es le seul lien entre deux êtres et j'en profite donc sûrement trop, j'en suis désolée.