Renaud
écrit à

   


Léo Ferré

     
   

Grand Corps Malade

   

Que pensez-vous de Grand Corps Malade?


Renaud,

Avant Grand Corps Malade, je passe par un souvenir. J'avais rencontré dans une lointaine émission télévisée un rappeur représentant, sous une morne casquette et une morgue à claquer, d'un rap tiédasse et éventé. J'étais venu pour Rimbaud et on me présentait un poète de quat' sous à la mords-moi-le-mot. Mauvaise rencontre! Pourtant avec le rap et avec le slam j'ai une attention complice. «Il n'y a plus rien» allait dans ces quartiers, vers ce monde à défaire. L'équipe de Dialogus m'a donné l'occasion d'écouter le slam de Grand Corps Malade mais «Je n'ai pas les mots», je n'ai pas le tempo pour le saisir. La faute à la rime trop systématique. Elle en arrive à cacher le reste, à prendre toute la place. Mais ce n'est pas grave; je suis, lui aussi, d'une autre solitude.

Bien à toi,

Léo