Ivan «Sony» Kissler
écrit à

   


Léo Ferré

     
   

Ben en v'la une colère chez Drucker

    Vers 1980, j'vous ai vu un soir à la téloche chez Drucker traiter la «Marseillaise» en dérision et faire un bras d'honneur au public tout en gueulant «j'vous encule!»

Fallait vraiment que l'on vous ait chauffé pour que vous réagissiez comme ça!

À moins que j'aie rêvé, ouais z'avez vraiment fait ça...

Des fois, j'vous imagine en président de la République, et au moment de la photo officielle vous auriez toute la panoplie: le costard, la légion d'honneur en ruban et tout le bordel, mais surtout vous regarderiez le peuple bien dans les yeux (du plus richard au plus guenilleux) et tout en foutant un poing rageur sur la table vous vous exclameriez rageur (car vous êtes un grand coléreux ne dites surtout pas non...) «j'vous en...»



Sous le crépuscule un peu gris de ce courrier, quand les gens cesseront de m'agripper le col en m'interpellant à la lettre, Léo ci, Léo ça, quand j'écrirai d'une plume indiscrète pour me déguiser en artiste de music-hall dans un numéro de jongleur syntaxique, quand mes mains donneront très calmement des baffes bien carrées, alors, vous me reconnaîtrez, vous aurez tout compris de moi, de mon vocabulaire et de mon style. La colère ça ne compte pas, c'est invalide. Une paralysie qui s'ébroue. On n'écrit pas sur la colère. On écrit sous elle et on compte les morts. Elle est subsidiaire, à remplacer par un lexique plus crédible: le refus, la révolte. Vous me dites que j'ai lancé à la télévision un péché académique, un verdict, une rime en ule... Je me tape de cet anecdotique rappel. Je ne suis pas de cette terre, simplement un forain en recherche d'éventaires et de passants attentifs. Pour d'autres chansons et d'autres souvenirs. Voyez, 'faut peut-être me laisser. Ou alors vous enfoncer dans mes écritures. En revenant, vous me direz ce que vous avez trouvé de l'autre côté du sapin. Ça fera une philosophie vive, un moment littéraire. Encore un point: moi, en président de la République. Je régurgite, ça me dégueule. Essayez plutôt un autre logiciel, bas et lourd, la mélancolie sur mon crâne incliné.

Ciao, je vous embrasse. Sans colère, sans légion.

Léo



C'est sympa de m'avoir répondu, mais j'ai rien compris à votre littérature, chef. Vous comprenez, moi, j'suis un Hell's Angel, pas un intello... Alors, si vous voulez quand même correspondre avec un ex-criminel comme moi, pas de phrases trop compliquées, please! J'ai pas de bac en philo, moi! Mes universités, j'les ai faites dans un gang de biker à Montreuil, et pas en prépa littéraire au Lycée Condorcet... Écrivez-moi, comme si vous vous adressiez à un légionnaire ou à un boxeur (ce que je fus, hier). J'ai pas votre culture. Pour moi, ce que vous avez eu la sympathie de m'envoyer, et sans vouloir vous manquer de respect, cela sonnait un peu comme du chinois!

Sans rancune, Chef! So long...



C'est sympa de poursuivre la correspondance, chef. Mais pour quelle destination? On s'est peut-être croisés sur le quai. C'est con les gares! «Ex-criminel»: vous faîtes dans l'auto-dérision, la petite monnaie, les pièces jaunes. Pourquoi «ex»? Vous êtes rangés des voitures. En retraite, le vieux copain? À d'autres! Alors, vous n'avez rien compris à ma littérature? J'ai un peu compris la vôtre. «Mes universités», ça fait dans la chanson réac. Mai 68 à l'envers. Quant à vous écrire comme à un légionnaire, désolé: j'ai pas ça en cuisine. Je parle à n'importe qui... En Ferré. Du chinois? Du Ferré, chef.
 
Ce qui distingue la foule du créateur, c'est le signe, la grammaire. Une page de musique, c'est de l'archéologie. N'y pénètrent que les initiés pardi, et l'oreille qui prend le charme de la musique n'a pas à être archéologue.
C'est du chinois?
 
Je te vois dans les bals d'avant la guerre
Avec du swing dans l'écarlate de la nuit
À peine un peu tirée sur l'ourlet de tes lèvres.
C'est du chinois?
 
Les coquillages figurants
Sous les sunlights cassés liquides
Jouent de la castagnette tant
Qu'on dirait l'Espagne livide
Dieu des granits ayez pitié
De leur vocation de parure
Quand le couteau vient s'immiscer
Dans leur castagnette figure.
C'est du chinois?
 
Plutôt un aboiement, une voix, de la poésie... Tu me prends comme j'écris. En colère, je tutoie! «Sans rancune», tu dis. Qu'est ce que c'est ce vocabulaire à la manque? Ça sent la soutane... Bon, je laisse retomber. Vous ne m'en voulez pas? Mais je te donne ce que tu attends. Une colère de chez Drucker, une colère sur le net. Mais sans le «je vous emmachine». Faut garder son quant à soi.

Ciao «sony»...
Léo