Marco.Gesto+CFC-CAFC.GC.CA
écrit à

   


Albert Einstein

     
   

Robert Oppenheimer

    Monsieur Einstein,

Êtes-vous un ami du professeur Robert Oppenheimer, le chef du projet Manhattan? Si oui, quelles étaient vos relations avec lui?

Pouvez-vous me parler quelque peu de ce personnage que, hélas, je ne connais pas assez?

Je vous remercie de votre réponse.

M.G.



Cher ami,

Robert est pour moi un ami et un collègue. Quand il a quitté Berkeley en 1947, il a accepté de prendre la direction de l'Institut des Études avancées, que je dirigeais alors, et il est devenu mon supérieur. Il y a beaucoup de respect entre lui et moi, et nous avons bien des points en commun. Tout comme moi, il adore la voile, qu'il pratique avec son épouse. Et bien qu'il soit né aux États-Unis, ses origines sont comme les miennes, juives-allemandes.
Robert a bien dirigé le projet Manhattan, mais après les deux bombes larguées sur le Japon, il a réalisé pleinement l'ampleur de l'arme qu'il avait aidé à mettre au point. Contrairement à moi, Oppenheimer était un passionné des langues, et en particulier du sanskrit. Lorsqu'il assiste à l'explosion de la première bombe atomique, à Los Alamos, il se rappelle la citation sanskrite «Kalosmi lokaksaya krt pravrddho –je suis Shiva, le destructeur de mondes.»

Après la guerre, quand la Commission pour l'énergie atomique a été créée, il en devint le premier directeur, et, à ce poste, il se fit un ardent défenseur du contrôle mondial des armes, et il tenta à plusieurs reprises de mettre en place des dispositifs afin d'éviter une course aux armements. Il s'est également opposé au développement de la bombe à hydrogène.

En amour, Oppenheimer était fou, et en particulier pour la forme d'amour la plus dévalorisante qui soit: «Il aimait une femme qui ne l'aimait pas –le gouvernement des États-Unis». Ses prises de position en faveur du communisme lui ont souvent valu des tensions avec les hommes politiques qui l'accusent d'être un danger pour la sécurité nationale. Il a été suspendu par le président Eisenhower en 1953. Les États-Unis ne sont pas le bon endroit pour parler de communisme. Aimer un pays, déjà, c'est un peu bizarre, mais aimer un gouvernement... oui, juste pour ça, je lui donne un grade A en amour fou.

Albert Einstein