yoan.gabarros@malix.univ-paris1.fr
écrit à

   


Albert Einstein

     
   

Qu'est-il arrivé à votre enfant?

    Estimé Professeur,

Je profite de l'occasion offerte à tout contemporain de Dialogus pour vous proposer une question pour laquelle, je pense, vous seul avez la réponse. Je vous prie très humblement de bien vouloir excuser d'avance l'intérêt cavalier d'un simple étudiant en histoire pour votre vie personnelle.

Ma question et la suivante:

Votre enfant, Lieserl, que lui est-il arrivée?

Pouvez-vous nous communiquer aussi quelques éléments de réponse sur sa disparition?

Je vous remercie très humblement de toute l'attention que vous porterez à la présente.

Mes respects,

YS
 

Cher YS,

J'ai longuement mûri cette réponse. Votre lettre m'amène à hésiter entre la franchise et le mensonge. D'une part, je pourrais tout vous dire et ainsi exposer au public un pan caché de ma vie. D'autre part, je pourrais nier en bloc et vous demander de quoi vous voulez bien me parler.

Mais force est de constater, et c'est là sans doute la plus dure leçon qu'apporte Dialogus, que les gens de votre époque savent réellement des choses qui n'auraient jamais du être sues. Le plus bel exemple en est donné sur votre question au sujet de Lieserl.

En acceptant de participer au projet Dialogus, je me suis fait la promesse de ne jamais entrer dans les détails de ma vie privée, ce que je pense avoir respecté jusqu'à maintenant, et j'en suis assez fier. Je n'ai pas l'intention maintenant de dévier de cette voie. Cependant, par respect pour vous, je peux simplement vous dire que Mileva et moi n'avons jamais parlé de Lieserl à personne, et je peux vous assurer qu'elle n'a pas «disparu».

Albert Einstein