Regouhey68+aol.com
écrit à

   


Albert Einstein

     
   

Petite remarque en passant

    Bonjour Monsieur Einstein,

Je tenais à dire que votre participation à Dialogus est un enchantement étant donné les faibles connaissances scientifiques du Vulgus Pecum à notre époque.

L'objet de mon message est du point de vue philosophique, plus que scientifique. En effet j'ai été très surpris par votre manque de modestie (une fois n'est pas coutume...) lors de votre réponse à la lettre de Sami Obaid intitulée: «la relativité et contradiction de vos lois».

Vous dites: «Quant aux chercheurs qui contredisent mes théories, cela ne m'affecte pas le moins du monde, parce que je sais que mes théories sont justes, et que ce sont eux qui se trompent».

La première partie de la phrase est tout à fait dans la lignée de ce que je m'attendais à lire, c'est la deuxième partie qui m'a un peu interpellé et qui me dérange un peu.

En effet, une théorie est vraie jusqu'à ce qu'un évènement tiré de l'expérience vienne la contredire, ou encore jusqu'à ce qu'une autre théorie explique «mieux» les phénomènes physiques que nous observons, ce qui veut dire, sauf erreur de ma part, qu'il ne soit pas impossible que vos théories soient fausses pour tout ou partie des lois de la physique qui restent à découvrir: la grande unification, la cohabitation difficile entre Relativité et mécanique quantique, j'en passe et des meilleures, etc.

Enfin si ce bout de phrase (sortie de son contexte je vous l'accorde) était vrai, nous aurions un sérieux problème pour faire naître les vocations qui feront les Einstein de demain.

N'oublions pas que les grandes idées viennent souvent de la contradiction des dogmes que l'on croyait définitivement établis (mais cela n'est pas nouveau pour vous).

Cordialement.

Regis.



Cher ami,

Vous avez raison Régis; je me suis légèrement emporté. Mais il faut se mettre dans le contexte. Je suis prêt en tout à accepter qu'une de mes théories soient mises en défaut. Il faudra cependant me démontrer en quoi. Il en fut ainsi pour la constante cosmologique que j'avais introduite dans la relativité générale afin de décrire un univers statique. Hubble a démontré que l'univers était en expansion. Aussi, j'ai supprimé cette constante cosmologique. Je n'en ai pas contre l'avancement des sciences, bien au contraire. Si j'ai découvert mes théories c'est bien parce que moi-même je refusais les dogmes que l'on tentait de m'enseigner. Aussi, lorsqu'on a tenté de me prendre à partie, en Allemagne, les journalistes ont écrit: «cent journalistes contre Einstein»; ce à quoi j'ai répondu: «pourquoi cent? si j'ai tort, un seul suffit».

Par contre, lorsque je me ferme, c'est quand on tente de me convaincre que les règles régissant l'infiniment petit obéissent à des structures aléatoires. Là, oui, vous avez raison, je n'accepte pas un tel défaitisme de la science envers une chose aussi belle que la Nature. Dans ce cas précis, je suis sûr d'être sur la bonne voie.

Albert Einstein
 

Bonjour Mr Einstein,

Je vois que la machine de communication inter temporelle fonctionne à plein régime, étant donné la rapidité avec laquelle vous m'avez répondu.

Je n'en attendais pas moins de vous, vous portant la plus haute estime en raison de l'honnêteté intellectuelle dont vous avez toujours fait preuve.

Je vous souhaite bon courage dans vos travaux, et à bientôt peut-être, au détour d'une géodésique d'espace temps!

Régis


Merci Régis,

Vos bons mots m'encouragent à persister.

Albert Einstein