super-truite@hotmail.fr
écrit à

   


Albert Einstein

     
   

L'interaction forte et gravitationnelle

    Cher Albert,

Tout d'abord, je voudrais préciser que j'ai peu, voire pas du tout, de compétences dans les domaines de la relativité générale et du modèle standard des particules (je suis en prépa), et j'aimerais l'avis d'un expert tel que vous sur une idée qui m'est venue à l'esprit: j'ai lu dans un livre de Brian Green que certains ont essayé de rapprocher particules élémentaires et trous noirs: en effet, dans le modèle standard, les particules sont des points (et non de minuscules sphères) qui sont entièrement déterminés par trois données : la masse, la charge, et le spin. Or, la partie matérielle d'un trou noir est censée elle aussi tenir dans un point: la singularité, et ce trou noir est déterminé de même par trois grandeurs: la masse, la charge et la vitesse de rotation.

Les particules élémentaires pourraient être en fait de minuscules trous noirs et leur spin serait en fait la vitesse de rotation de l'horizon de ceux-ci. D'habitude, lorsque l'on travaille à l'échelle des particules, on néglige la gravitation devant les autres forces, mais bien qu’ils soient de masse minuscule, les quarks, par exemple, auraient une densité infinie. Et, dans ce cas, ne faudrait-il pas étudier la gravitation générée avec votre théorie de la gravitation? Dans ce cas également, l'interaction forte ne s'identifierait-elle pas à l'interaction gravitationnelle?

Je présume qu'il y a de grosses incohérences dans ce que je viens d'écrire, mais j'aimerais savoir en quoi cela est faux, car mes professeurs n'ont pu me répondre.

Je vous présente, cher professeur, l'expression de mes salutations les plus distinguées, en espérant une réponse de votre part.
 

Mon pauvre ami,

Votre lettre contient tellement d'éléments intéressants que j'aimerais bien pouvoir y répondre, mais j'ai bien peur de ne pouvoir vous aider davantage que vos professeurs.

Vous devez comprendre que je suis en 1954! Aussi, quand vous me parlez de quarks... J'ai cru comprendre que les quarks constitueraient les composants de ce que sont encore pour moi des particules «élémentaires», le proton et le neutron. Encore un pas plus loin, on me dit que certains chercheurs de votre époque imaginent même que ces quarks seraient en réalité composés de minuscules cordes vibrantes. Vous vous trouvez donc à deux ordres de grandeur plus loin que moi au niveau de l'infiniment petit. Contrairement aux autres forces, dont la portée est de l'ordre du nanomètre, la relativité générale a une portée infinie, et il semble que son effet au niveau atomique soit nul. Ce qui peut me consoler, si je puis m'exprimer ainsi, est le fait que la mécanique quantique ne fonctionne pas, quant à elle, aux grandes échelles, ce qui tend à me donner raison quant au fait qu'elle est incomplète. Faut-il chercher du côté d'une théorie de gravitation quantique?

Albert Einstein