cyber-ne@wwyss.ch
écrit à

   


Albert Einstein

     
   

Le hasard

    Très cher Monsieur Einstein,
Si je lance une pièce en l'air un milliard de fois, j'obtiendrai un score de presque 50% pile et 50% face. J'aurai donc presque vaincu le hasard. La physique quantique s'occupe du très très petit. Donc, l'impression du hasard doit sûrement être plus importante.

La gravitation attire les choses au centre, donc réduit le désordre. La gravitation est-elle donc le résultat du très grand?

Avec mes cordiales salutations,
Jean-Claude



Cher Jean-Claude,

La gravitation traite en effet des grandes échelles, comme vous le signalez. Vous ne pouvez pas vaincre le hasard, mais simplement démontrer qu'il existe. Reprenons votre exemple: il est vrai que vous pouvez prédire a priori un tirage de 50%, mais vous ne pourrez jamais affirmer de quel côté tombera le prochain lancer. Permettez-moi un autre exemple: supposons que 3% des Français meurent d'un accident de voiture. Immanquablement, année après année, cette statistique se confirme. Mais si on fait passer devant vous chaque Français, vous serez absolument incapable d'identifier lesquels d'entre eux mourront d'un accident de voiture. C'est dangereux de jouer avec les probabilités.

Votre exemple stochastique est également à la base de mon article de 1905 sur le mouvement brownien et la preuve de l'existence des atomes et des molécules. De plus, le comportement d'un gaz n'est rien d'autre que la somme des chocs aléatoires que ses atomes individuels exercent sur les parois.

Albert Einstein