galloty+wanadoo.fr
écrit à

   


Albert Einstein

     
   

Albert a vraiment écrit cela?

    Dans votre message intitulé «Théorie sur la force», votre réponse semblait parfaite, mais soudain, une terrible erreur sur la fin du dialogue... Non le grand Albert ne peut avoir écrit :
«Ces deux notions de masse -masse gravitationnelle et masse inerte- sont, on le voit, de natures totalement différentes et n'ont aucune raison, à priori, d'être identiques. Pourtant, on démontre que ces masses sont équivalentes: elles sont proportionnelles.
Le principe d'équivalence postule qu'elles sont égales.»

Bien sûr, il est impossible de démontrer le principe d'équivalence: c'est un principe, un postulat, que l'on vérifie régulièrement et aujourd'hui très précisément avec des expériences mais il ne peut être démontré. Peut-être qu'un jour on trouvera une explication à cette équivalence avec une théorie plus fine, mais tel n'est pas le cas aujourd'hui. Non Albert, on ne démontre pas que ces masses sont proportionnelles.

Quant au passage de la proportionnalité à l'égalité, ce n'est qu'une manière de s'exprimer: en physique, il n'y a aucune unité définie de manière absolue. Alors lorsque deux quantités se trouvent être proportionnelles, on dit qu'elles sont égales en s'arrangeant pour prendre un système d'unités qui les rende égales mais cela n'est qu'un artifice. La masse pesante est égale à la masse inerte à la constante de gravitation près. Donc encore une fois non, Albert, le principe d'équivalence ne nous fait pas passer de la proportionnalité à l'égalité, il postule la proportionnalité, ce qui en physique est équivalent à l'égalité en définissant convenablement la constante de gravitation.

Voilà, bon travail Albert mais il faudrait retoucher un peu la fin... et repose toi bien car je suis le premier étonné de devoir corriger tes propos!

Yves

Cher ami,

Je dois avouer que vous avez raison sur toute la ligne. Je me demande où j'avais la tête au moment d'écrire ces quelques mots. Maintenant, je suis face à un dilemme: comme il y avait une erreur dans une de mes réponses, je l'ai corrigée, mais alors, après la correction, votre propre message n'a plus sa raison d'être. J'ai cependant décidé de conserver votre message tel quel sur le site Dialogus, même s'il fait maintenant référence à un item qui a été corrigé. Cela démontrera que même Albert Einstein peut se tromper.

Albert Einstein

PS. Et merci de votre lecture attentive