Retour en page d'accueil de
          Dialogus

 Julie, Léa, Alicia, Chloé
écrivent à

Alexandre Dumas


Vous lire est une révolution!


   

Cher Monsieur Dumas,           
         
Nous sommes des élèves de quatrième du collège Don Bosco de Mayenne. Nous avons lu votre biographie et nous sommes très impressionnées par votre vie remplie d’émotions. Nous vous trouvons très ambitieux et courageux. Nous avons été touchées par votre enfance tourmentée et le décès de votre père.
           
Nous avons beaucoup apprécié vos livres, nous admirons votre travail, votre imagination mais nous voudrions plus particulièrement attirer votre attention sur «Les trois mousquetaires». Ce livre est une révolution. Il suscite du suspens et  les actions présentes sont poignantes. Ce style appelé «de cape et d’épée» est flamboyant. Le suspens, l’humour et les aventures se succèdent à un rythme haletant. Une fois qu’on a commencé à le lire, on le dévore. Vous avez décrit ces personnages et cette action tellement bien! On dit que votre pouvoir essentiel vient de ce que vous éprouvez, vos sentiments décrivent votre force, votre bonheur de vivre. Les thèmes traités dans l’histoire sont des thèmes universels comme la jalousie, la méchanceté, l’entraide, l’amitié… Où avez-vous puisé votre imagination? Car oui, quelle belle force imaginative, bravo!


Mes chères filles,

J’ai éprouvé un plaisir immense à lire votre lettre et vos gentillesses me comblent de joie et d’émotion. Comme je viens de l’écrire à une autre lectrice, tout peut être pour moi une source d’inspiration. Mes idées s’affermissent et se précisent pendant un voyage. Enfermé dans une voiture qui parcourt la France ou sur une barque qui parcourt les mers, j’admire le paysage et de nouveaux éléments viennent compléter mon idée de départ. Néanmoins, ce n’est souvent qu’une fois arrivé sur les lieux où se déroulent mes scènes que mon histoire prend vraiment chair, pour ainsi dire. Là, un détail topographique, un monument, une spécificité de mœurs peuvent y provoquer des modifications considérables!

Je vous remercie donc de l’intérêt que vous prenez à mon œuvre, Mesdemoiselles, et j’espère que vous me considèrerez toujours,

Comme votre obligé,

Alex. Dumas

************************Fin de
        page************************