Eloi
écrit à

   

Charles Darwin
Charles Darwin

     
   

Moi et mon espèce

   

Monsieur Darwin,

Permettez-moi d’abord, de vous souhaiter un joyeux deux-centième anniversaire. Je me questionne, moi, Eloi, petit être de douze ans, au sujet de ma survie et de mon adaptation à l’espèce humaine. Vais-je subsister et m'accommoder de ma génération? Aurai-je une descendance?

D’autre part, je souhaiterais vous remercier pour ces merveilleux (!!!) cours de biologie sur l’évolution de l’Homme depuis sa naissance, que vous nous offrez.

Sincères salutations,

Eloi, projet scolaire collège Tivoli


Cher Eloi,

Dans mon monde, je ne suis pas aussi vieux que vous le dites, car j’ai fêté en février dernier mon cinquante-cinquième anniversaire, même si, dans ton monde, vous venez de fêter mon deux-centième. Et je vous souhaite d’en fêter vous-même de nombreux, mon cher Eloi. Je ne sais pas si vous allez subsister et avoir une descendance, mais je n’ai pas de raison de supposer le contraire. C’est en tout cas ce que je vous souhaite. En ce qui concerne le fait de vous accommoder à votre génération, il s’agit d’une question culturelle et non biologique.

De manière plus générale, ma théorie explique l’origine des différentes espèces, mais elle ne permet pas de prédire l’avenir biologique de chacun. D’une part, les processus responsables de l’évolution étant pour partie aléatoire, l’avenir biologique n’est pas prédictible; d’autre part, ma théorie traite de l’origine des espèces et des catégories qui les regroupent –genre, famille, ordre, etc.– et non de l’origine de chaque individu. Concernant l’avenir de l’espèce humaine, je ne pense pas qu’il soit menacé, même si certaines populations humaines peuvent l’être.

Quant à Dieu, le mieux que nous puissions faire est de le laisser en dehors de la question de l’origine des êtres vivants. Ma théorie ne présuppose ni n’infirme l’existence d’un ou de plusieurs dieux –n’oublions pas qu’une bonne partie de l’humanité croit en l’existence de plusieurs divinités. Rien n’empêche de penser que la sélection naturelle est le mécanisme par lequel le ou les dieux ont engendré la diversité du monde vivant passé et actuel. Mais on ne peut plus croire –sauf à être profondément ignorant- que les espèces et le monde soient apparus tels que les textes religieux le présentent.

Sincèrement vôtre,

Charles Darwin