Vanessa
écrit à

   

Charles Darwin
Charles Darwin

     
   

La sélection sexuelle

   

Cher Darwin,

Je me suis demandé si vous pouviez m'expliquer la sélection sexuelle sur l'être humain. Je vous remercie pour votre réponse argumentée. Est-ce que la différence physique joue un rôle important dans la séduction? Comment détourner les différences afin de créer une liaison idéale?

Merci


Chère Vanessa,

La sélection sexuelle est un sujet que je n’ai pour le moment pas traité, même si j’ai commencé à travailler sur cette question, ayant l’idée d’écrire un livre dessus. La sélection sexuelle est la sélection d’individus porteurs de caractères qui augmentent leur chance de trouver un partenaire sexuel et donc d’engendrer une descendance, même si ces caractères peuvent, par ailleurs, être sans utilité, voire gênants pour la survie. Par exemple, la queue du paon ne lui procure aucun avantage dans la lutte pour l’existence, sinon d’être attractif pour les femelles. Il n’y a aucune raison de penser que ce type de sélection ne joue pas également chez l’homme. Bien que ma réflexion sur cette question ne soit pas arrêtée, il me semble que la sélection sexuelle permet d’expliquer l’apparition de caractères présents chez l’un des deux sexes et non chez l’autre, et ne présentant pas par ailleurs d’avantage dans la lutte pour la survie. Il est incontestable que les différences physiques entre individus jouent sur leur attrait sexuel, et que, par conséquent, ces caractères se soient répandus ou aient été amplifiés par sélection sexuelle. Il convient de noter que la sélection sexuelle peut jouer non seulement sur les caractères physiques, mais également sur les caractères comportementaux. DE même, le maquillage, la parure, les vêtements, etc., peuvent être des manières d’amplifier artificiellement certains caractères physiques.

Cela dit, ces constatations ne sont pas d’une grande utilité pour créer une liaison idéale, qui relève de caractères, de comportements et d’émotions personnels -probablement de la chance– et non de lois biologiques générales.

Sincèrement vôtre,

Charles Darwin