Cécile
écrit à

   

Charles Darwin
Charles Darwin

     
   

Hérédité des caractères acquis

   

Bonjour,

On vous oppose souvent à Lamarck, en présentant sa théorie comme erronée car reposant sur l'hérédité des caractères acquis, erreur que vous-même n'auriez pas commise. Est-ce bien le cas? Il me semble (et l'une de vos réponses semble le confirmer) que vous divergez davantage sur la notion de hasard dans l'évolution et sur le rôle du milieu. J'en viens donc plus précisément à ma question: étant donné qu'à l'époque vous ne possédiez pas les connaissances nécessaires en matière de génétique, comment avez-vous pu expliquer l'apparition des mutations et leur transmission? Considériez-vous ce point comme une faille dans votre théorie? Comment avez-vous résolu ce problème avec les moyens de votre époque?

Merci d'avance pour votre réponse,

Cécile


Chère Cécile,

Concernant l'hérédité des caractères acquis, je n'en exclus pas a priori la possibilité. En revanche, je ne pense pas qu'elle puisse être le mécanisme majeur de l'évolution. Je pense que l'accumulation constante de différences avantageuses sous l'effet de la sélection naturelle a déterminé toutes les modifications les plus importantes des structures des êtres vivants. Je n'ai jamais été convaincu par les explications avancées par Lamarck. Pour une discussion plus détaillée de ces points, je vous renvoie à un de mes courriers précédents, «un certain Lamarck».

Pour ce qui est de votre question sur les mutations, en fait, je n'ai pas –nous n'avons pas– d'explication à l'apparition des variations individuelles observées, ni des modalités de leur transmission héréditaire. Nous ne disposons pas d'une théorie satisfaisante de l'hérédité, même si plusieurs mécanismes possibles ont été proposés. Cela dit, je ne considère pas qu'il s'agisse d'une faille dans ma théorie car, quels qu'en soient les mécanismes, cette variabilité individuelle et héréditaire existe. Donc, si ces mécanismes sont hypothétiques, l'existence de cette variabilité est avérée. D'ailleurs, les opposants à ma théorie ne remettent pas en cause l'existence de ces variations. Ils réfutent l'idée qu'elle puisse être la matière première de l'évolution sur laquelle agit la sélection naturelle. Au passage, les tenants de l'évolution par hérédité des caractères acquis sont confrontés aux mêmes problèmes. Il est certain qu'une théorie de l'hérédité satisfaisante nous permettrait d'y voir plus clair. Mais théorie de l'hérédité et théorie de l'évolution sont deux choses différentes. J'ai donc résolu le problème en décidant de ne pas chercher à le résoudre. La théorie de l'évolution s'appuie sur l'existence de ces variations individuelles héréditaires, pas sur les mécanismes de leur apparition et de leur transmission.

Cordialement,

Charles Darwin