Stéphane
écrit à

   

Charles Darwin
Charles Darwin

     
   

Félicitations!

   

Monsieur Darwin,

Grâce à vous, on a beaucoup progressé dans le domaine de l'humanité. Je vous en suis très reconnaissant. Mais j'ai toutefois une question qui me tourmente: comment avez-vous eu cette idée? Comment avez-vous pu deviner que l'ancêtre de l'Homme était le singe? Je vous demande de bien vouloir me répondre.

Mes salutations les plus sincères,

Stéphane


Cher Stéphane,

L'idée que les êtres vivants descendent les uns des autres en se modifiant sous l'effet de la sélection naturelle m'est venue progressivement entre 1836 et 1838, après mon retour en Angleterre. En effet, de 1831 à 1836, j'ai effectué un voyage autour du monde en tant que naturaliste à bord du vaisseau le «Beagle». Cela m'a permis d'accumuler un grand nombre d'observations biologiques et géologiques, en particulier sur l'adaptation des êtres vivants à leur environnement. Cependant, lors de mon voyage, j'avais encore une pensée religieuse très orthodoxe, et j'étais convaincu que la complexité du monde vivant montré était la preuve d'un dessein divin.

Toutefois, après mon retour en Angleterre, j'ai perdu peu à peu l'idée que les textes bibliques pussent donner une explication satisfaisante à l'histoire naturelle, qui ne peut être que la conséquence de lois fixes. À mes yeux, l'idée que la diversité des espèces s'expliquât par la création divine d'espèces immuables n'était plus acceptable, et les ressemblances des êtres vivants entre eux pouvaient s'expliquer par le fait qu'elles descendent d'un ancêtre commun. Toutefois, les mécanismes de cette évolution et de l'adaptation des espèces à leur milieu ne m'apparaissaient pas clairement. L'étude des pratiques des agriculteurs et des éleveurs m'a convaincu que la sélection était la clé du succès de l'homme dans l'introduction de races utiles d'animaux et de plantes domestiques. Mais comment la sélection pouvait-elle agir dans la nature indépendamment de l'action humaine?

L'idée de la sélection naturelle m'est venue en octobre 1838, à la lecture du livre de Malthus «Population», où l'auteur explique que les êtres humains engendrent plus d'enfants qu'ils ne peuvent en nourrir. Si effectivement les êtres vivants engendrent plus de descendants qu'il ne peut en survivre, ce qui est effectivement le cas dans la nature, alors les descendants sont en concurrence pour leur survie. Et ceux qui, par leurs caractéristiques, ont le plus de chance de survivre sont en quelque sorte sélectionnés par la nature.

C'est ainsi que je fus amené à formuler la théorie de l'évolution par sélection naturelle.

Cordialement,

Charles Darwin