Nolùen
écrit à

   

Charles Darwin
Charles Darwin

     
   

Farce

   

Cher monsieur Darwin,

J'ai lu, voici quelques jours, une anecdote amusante à votre sujet et je voudrais, si vous le voulez bien, que vous m'éclairiez sur sa véracité.

Je vous la raconte: il semblerait que, lors d'une de vos expéditions en Afrique, vous ayez suivi pendant très longtemps un éléphant portant une coquille sur le dos. Vous espériez le voir rentrer dedans comme les escargots, puis vous vous étiez finalement rendu compte que cette coquille n'avait rien de naturel et que les indigènes vous avaient fait une farce.

La situation est cocasse, mais la farce me semble un peu énorme. C'est pourquoi, je voudrais que vous me disiez si elle est vraie ou non.

Respectueusement,

Nolùen


Chère madame,

L’anecdote que vous rapportez est bien évidemment fausse et, cela, pour deux raisons. La première est que, malgré toute la naïveté et la crédulité dont on pourrait me taxer, j’aurais eu du mal à confondre un éléphant et un escargot. La deuxième est que je n’ai mené aucune expédition en Afrique.

En effet, lors de mon tour du monde à bord du Beagle, j’ai visité de nombreux pays, mais l’un des rares continents sur lequel je n’ai fait aucune recherche ni mené aucune expédition est justement l’Afrique. Mon séjour africain se résume au fait que, lors de notre retour des îles Maurice vers l’Angleterre, nous avons fait escale au cap de Bonne-Espérance, au début du mois de juin 1836. Nous n’y sommes restés que quelques jours et mes expéditions africaines se sont limitées à trouver un hôtel à Cape Town. De plus, depuis mon retour, il y a maintenant près de trente ans, je n’ai pas remis les pieds hors d’Angleterre, où les éléphants, avec ou sans coquille, sont relativement rares.

Cordialement,

Charles Darwin