Retour en page d'accueil de Dialogus

Audrey et Éléonor
écrit à
Princesse de Clèves
La Princesse de Clèves


Votre histoire (3)


   


Chère princesse,


Nous sommes deux collégiennes qui aimerions vous ressembler car vous êtes belle et vous semblez charmante. Nous aimerions bien savoir votre histoire. Comment êtes-vous devenue princesse et à quel âge? Vous êtes-vous mariée par amour ou par obligation? Et aussi, à quel âge vous êtes vous mariée? Est-ce que la vie à la cour vous a plu? Que faisiez-vous avant de devenir princesse?

Nous aimerions bien être à votre époque car en ce moment les gens sont fous; surtout certains, qui ont dit qu'une météorite allait s'écraser sur la terre et la faire exploser en 2010. Sauf qu'en 2010 il n'y a pas eu de météorite et maintenant ils disent que la fin du monde est pour 2012. Vous savez, vous avez eu beaucoup de chance à votre époque car la pollution n'existait pas. De nos jours les voitures, les camions, les bateaux polluent beaucoup et nous vivons dans un nuage de pollution.

Nous espérons que vous allez bientôt nous répondre.


Audrey et Éléonor.

P.-S.: est-ce que c'est un crapaud, votre prince, ou un vrai prince?


Bonjour mes jeunes amies,

Je vous réponds bien tardivement, mais l'hiver a été si rigoureux que les postes ont été paralysées. Nos chevaux sont morts de la grande gelée, et mes terres ont été bien maltraitées.

Vous me demandez comment je suis devenue princesse. C'est en épousant le prince de Clèves. J'étais un peu plus âgée que vous, j'avais un peu plus de seize ans. Mon défunt mari n'a jamais éveillé dans mon cœur la passion que d'autres ont hélas su y allumer; mais c'était un homme bon, droit, sincère et infiniment respectable. Je n'aimais pas la Cour. C'était un monde d'intrigues et d'apparences, un monde où la duplicité était la règle. Et c'est à la Cour aussi que j'ai rencontré celui qui a causé ma perte. Maudite soit la Cour...

Aujourd'hui je vis bien loin du monde et y trouve une sérénité certaine. C'est cette sérénité que je vous souhaite à toutes deux; le monde dans lequel vous vivez m'a l'air bien dangereux. Vous me parlez de météorites, de pollution, de crapauds et de princes charmants, et j'avoue ne pas comprendre cet univers troublé qui est le vôtre.

Bien affectueusement,

La Princesse de Clèves

************************Fin de page************************