Retour en page d'accueil de Dialogus

Querel
écrit à
Princesse de Clèves
La Princesse de Clèves


Passion refusée


    Chère mademoiselle de Chartres, ou, devrais-je dire, madame de Clèves,

Je m'interroge depuis quelques jours déjà sur la raison réelle de votre refus de l'amour de monsieur de Nemours; vous êtes si jeune! Pourquoi vous interdire de vivre un amour intensément avoué et pur alors que vous avez toute la vie devant vous? J'admire votre détermination mais ne la comprends que peu!

Avec toute mon amitié,

N. Querel


Épistolier ou épistolière inconnu(e),

Votre question est candide et rafraîchissante, et elle me fait sourire d'où je suis.

Pourquoi refuser de vivre un amour pur et partagé? Simplement pour le garder pur et partagé! Si j'avais cédé à M. de N., comme la raison, les sentiments et nos amis nous y entraînaient, nous nous serions mariés. Soit. Après le bonheur des débuts, ç'aurait été l'habitude insensible de ce bonheur, qui aurait terni sa splendeur virginale. Nous nous serions accoutumés l'un à l'autre, et aurions cessé de nous émerveiller de ce miracle. M. de N., tôt ou tard, aurait pris une autre maîtresse, et j'en aurais été malheureuse jusqu'à la mort; ou bien j'y aurais été indifférente, ce qui dans le fond revient au même.

J'ai donc préféré, au terme d'un déchirement impossible à décrire, renoncer à cet amour tant qu'il était absolu, plutôt que de le voir s'effriter et mourir.

Ai-je éclairé votre lanterne?

Bien à vous,

Madame de Clèves

************************Fin de page************************