Hélène Troyes
écrit à

   


Jules César

     
   

Marc-Antoine, pas si dévoué !

    Monsieur le dictateur, 

J'ai entendu dire, en lisant un livre intitulé «César et Cléopâtre», que votre fidèle Marc Antoine n'était pas si dévoué que ça. Qu'il vous trahissait, complotait contre vous et avait même essayé de vous assassiner. Et vous le saviez! Qu'en dites-vous? Est-ce que c'est vrai? Pourquoi alors tant d'indulgence à son égard?

 Ce même livre dit que la reine Cléopâtre était très laide.

 Veuillez croire, Monsieur le dictateur, en l'expression de mon profond respect.

 Hélène


De César à Hélène, Ave! 

César a une très grande confiance en Marcus Antonius. Ce dernier doit beaucoup à César et cela serait contre son intérêt de trahir. César est d'ailleurs convaincu que tout cela n'est que mensonges et calomnies, sans doute répandus par ses ennemis du Sénat. 

Marcus Antonius occupe le poste le plus important à Rome après César et est un des consuls pour cette année. Jamais César n'aurait donné ces fonctions à Marcus Antonius s'il avait eu le moindre soupçon à son sujet. 

Vale! 

C. J. Caesar