Retour en page d'accueil Dialogus

   

Luc
écrit à

   


Jules César

   


Complot
 

   

Grand Cesar,

Depuis votre première victoire, le passage du Rubicon avec vos centurions, votre premier triomphe et l'élection de l'Impérator pontifex Maximus, votre pouvoir n'a cessé de grandir en même temps que grandissait l'influence de Rome. La grandeur isole et excite la jalousie et l'envie. Méfiez vous, grand César, de vos proches. Écoutez les rumeurs sur les complots fomentés contre votre personne et ce que vous représentez. Je ne suis rien à coté de votre grandeur, je ne suis qu'une voix, comme la corne dans la brume qui prévient du danger. Écoutez-la et restez sur vos gardes.


Ave,

Quand César a passé le Rubicon, voilà quinze ans, il était déjà Pontifex Maximus depuis quatorze ans. Pour le reste, César sait que sa réussite fait des envieux, mais il ne craint personne et, au plus fort des batailles, Fortuna, sa seule déesse, ne l'a jamais abandonné.

Vale

Caius Iulius