Mickael Araujo et Hugo Brousse 
Quatrième 6 Collège Grand Selve, 
Grenade
écrivent à

   


Cassandre

     
   

Visions

    Le 21/10/08

Chère Cassandre,

Nous sommes deux collégiens habitant en France, plus précisément à Toulouse. Nous avons treize ans et nous sommes intéressés par des activités qui n’existaient pas à votre époque, comme la boxe, le football et la moto. Grâce au collège, nous avons découvert la mythologie grecque, que nous apprécions particulièrement.

Votre histoire nous fascine -c'est pour cela que nous vous avons choisie en tant que destinataire. Nous espérons que vous accepterez de répondre à nos questions. Nous nous sommes renseignés sur votre histoire et nous voudrions en savoir un peu plus sur vous, c'est pour cela que nous vous posons quelques questions. Qu'avez-vous ressenti à la vision de l'attaque de votre cité et quand vous l'avez vu réalisée? Avez-vous eu la vision de votre mort prochaine et pensez-vous pouvoir l'empêcher?

Nous vous remercions de votre compréhension,

Hugo et «Mika»


Chers Hugo et Mika,

Je ne reçois pas souvent de messages en provenance de jeunes hommes; je répondrai à vos questions avec joie. Et, si le cœur vous en dit, vous pourrez me parler avec plus de détails de ces activités que vous aimez et qui me sont effectivement inconnues. J'eus ma première vision très jeune, j’étais plus jeune que vous encore, et elle fut terrifiante, car elle semblait très réelle. Je me tenais devant le temple d'Apollon et, pendant un instant, la mer au loin se couvrit de navires de guerre, de bateaux hostiles par milliers! L'illusion se dissipa rapidement mais la crainte demeura très intense. Au fil des ans, cette vision se répéta à de multiples reprises et je sus avec certitude que ma cité était condamnée à périr par les flammes. Lorsque le jour fatal arriva je fus, pareillement à tous les gens de Troie, effrayée et je n'eus aucun plaisir à voir ma prophétie se réaliser.

Je sais que ma mort approche et pour cela, je n'ai besoin d'aucune prédiction. D'ailleurs, le don de prophétie m'a abandonnée! Je sais que je mourrai bientôt car, à ma situation, il n'y a aucune autre issue possible. Je suis prisonnière de la reine Clytemnestre et, si elle tarde à m'exécuter par crainte de représailles des Dieux, je ne doute pas qu'elle mettra bientôt fin à mes jours. N'en soyez pas chagriné, c'est un sort que je considère doux.

Qu'Apollon vous guide!

Cassandre, née Alexandra