Qui êtes-vous?
       

       
         
         

Luc

      Chère Cassandre...

Je suis bien heureux de pouvoir vous parler. Il y a tant de versions différentes quant à la femme que vous êtes. Étiez-vous réellement folle et votre père vous a-t-il enfermée dans une prison insalubre? Aimiez-vous vos parents? Avez-vous un ami à qui parler en ce moment?

À bientôt peut-être,

Luc

 

       
         

Cassandre

      Joie dans ta maison, Luc!

Qui suis-je? Disons que je suis un peu de cette vérité que les hommes recherchent et qu'ils refusent ensuite d'entendre. Sans plus.

Mon père, le roi Priam, ne m'a pas enfermée comme un vulgaire assassin, il m'a simplement écartée de sa table, car je gênais les démonstrations de sa puissance sur ses ennemis. Plusieurs alliés ont pris peur en m'entendant prédire leur propre mort et il s'en est fallu de peu que nombre d'entre eux retournent dans leur cité. D'ailleurs, si ce n'avait été du fait que les Grecs pillaient toutes les cités de la côte, je crois que les peuples voisins ne seraient jamais venus se joindre à notre armée pour en finir avec l'envahisseur étranger.

On me demanda donc de demeurer dans mes appartements au temple et de ne plus paraître à la maison royale sans y être priée. Cette situation ne m'a jamais gênée et surtout, je n'ai pas vu cela comme une marque de mépris à mon égard. Seulement, je n'étais pas bonne pour le moral des hommes, ni pour leur orgueil.

J'aimais mes parents, comme il est d'usage d'aimer ceux qui nous donnent la vie. Par contre, je ne les ai pas toujours approuvés, encore moins compris. À la longue, mon peuple tout entier m'est devenu étranger.

Je n'ai plus personne à qui parler - tous ceux que j'ai connus sont morts ou esclaves dans de lointains royaumes - sauf vous, enfants de demain. Puissiez-vous connaître la paix!

Cassandre, née Alexandra