markus
écrit à

   

Cassandre
Cassandre

     
   

Parîs

   


Bonjour Cassandre!

J'espère que tu vas bien et que le sort n'est pas trop dur avec toi, qui es née princesse. Je te souhaite du courage.

Voilà, j'ai beaucoup de questions à te poser concernant Pâris, ton frère et les autres membres de ta famille. J'espère que tu ne m'en veux pas, que je n'ouvre pas là une plaie qui te fera mal à présent que tu as tout perdu, et que de surcroît tu es en captivité.

Parle-moi de ton frère Pâris, depuis sa naissance jusqu'à ce qu'il soit abandonné dans la montagne. Pourquoi l'aviez-vous abandonné suite à un oracle? Comment avait-il fait pour vous retrouver après? Comment a-t-il pu savoir qu'il était un prince, fils de Priam et d'Hécube, lui qui était berger? Comment l'avez-vous accueilli lorsqu'il est revenu à Troie auprès de vous, après une enfance passée chez les bergers?

À quel âge avait-il reçu la visite des trois déesses (Athéna, Héra et Aphrodite) lors de leur concours de beauté? Quelle justification avait-il donnée à ta famille lors de son arrivée à Troie en compagnie de la maudite Hélène de Sparte? Comment as-tu pris cette nouvelle, toi, Cassandre, avec ton don de prophétie? T'entends-tu bien avec Hélène? Quelle était ta relation avec elle? Et avec ta belle-sœur Andromaque? Est-ce qu'Andromaque aimait Hélène? Et les autres membres de ta famille (Hécube, Priam, Hector, Déiphobe, Héléanos etc...), comment ont-ils pris la nouvelle du rapt d'Hélène?

Hélène a-t-elle eu des enfants avec Pâris? Pensait-elle à Ménélas et à sa fille Hermione? Après la mort de Pâris, pourquoi a-t-elle épousé Déiphobe, un autre de tes frères, alors que la guerre entre vos deux nations était causée par le fait que vous refusiez de rendre cette femme aux Grecs? Hélène avait-elle de la nostalgie de la Grèce, de Sparte? Enfin, peux-tu me dire comment elle a pris la chute de Troie? A-t-elle changé de camp? Et enfin quel fut son sort à elle, est-elle retournée avec son mari, comment se sont passées leurs retrouvailles? Raconte-moi, Cassandre, toi qui étais témoin de tous ces faits. Ne m'en veux pas trop, je sais que tu n'aimes pas que je te parle d'Hélène, je te pose trop de questions, mais comprends-moi: je voudrais en apprendre un peu plus sur toute cette histoire.

Je prierai pour toi, que les dieux ne te rendent pas la vie encore plus dure qu'elle ne l'est déjà! Que Clytemnestre, la sœur de cette maudite Hélène, te laisse en paix!

Bien à toi,

Markus


Ami Markus,

Comment pourrais-je refuser de répondre à tes questions? Tu viens à moi et ton intérêt pour ma famille me touche et éclaire ma journée. Bien sûr, comme chaque fois que j’évoque les souvenirs du passé, de grandes plaies s’entrouvrent, mais il est également si doux de me rappeler ceux que je chérissais et les lieux de mon enfance!

Pâris Alexandre, le berger prince… Il était mon frère jumeau et à notre naissance nos destins étaient déjà tissés serré. Lui, voué à faire tomber Troie, et moi, vouée à prévoir la chute de ma bien-aimée cité sans pouvoir rien y faire. La fatalité qu’apportait avec lui Alexandre n’échappa pas aux devins de la cité qui conseillèrent que l’enfant soit exposé dans la montagne, ce que firent mes parents; les rois n’ont pas le loisir de désobéir aux dieux et si Alexandre avait effectivement péri cette nuit-là, Troie vivrait encore. Quoi qu’il en soit, il survécut, sauvé et élevé par un berger, et nous revint un jour, clamant ses origines. Elles lui avaient été révélées par trois déesses, disait-il, et lorsque devins et témoins furent consultés, toutes les déclarations concoururent à lui donner raison. Quant à moi, son visage seul m’avait convaincu, nous étions le reflet l’un de l’autre. Et pourtant, je le haïssais et il me haïssait. Le reste du royaume célébrait le retour du jeune et beau prince, oubliant volontairement la terrible malédiction qui pesait sur nos têtes.

Nul ne pouvait haïr Hélène, sache-le. Certes, elle était belle, mais son cœur brillait davantage encore. Il n’y avait pas un soupçon de méchanceté en elle. Nous l’aimions tous. Andromaque aussi l’aimait, même après la mort tragique d’Hector, même après avoir été faite captive par le fils d’Achille l’Éacide.

Hélène ne parlait jamais en mal de qui que ce soit, mais à plusieurs reprises j’ai bien compris qu’elle redoutait de retourner à Sparte auprès de Ménélas. Je crois qu’elle aimait sincèrement Alexandre et la vie à Troie. Elle parlait peu de sa fille restée à Sparte; ce souvenir semblait trop douloureux. Quant à son union avec mon frère, elle demeura stérile. Le seul fruit né de leur amour fut la chute de Troie.

Suite à la victoire de nos ennemis, Hélène fut reprise par Ménélas et nous primes tous le chemin du retour. J’étais moi-même sur le navire d’Agamemnon, en direction de Mycènes. Cependant, une tempête éloigna nos vaisseaux et aux dernières nouvelles, leurs bateaux sont toujours manquants.

Prie pour moi, gentil Markus, mais prie pour que Clytemnestre mette enfin un terme à mes jours et me libère de cette vie qui a trop duré.

Réécris-moi, ami, tu es pour moi un véritable rayon de soleil!

Cassandre, née Alexandra


Chère Cassandre,
 
Ce fut un grand plaisir pour moi de recevoir ta douce lettre remplie de gentillesse à mon égard, malgré -je n'en doute pas- la condition dans laquelle tu te trouves actuellement.
 
Je suis heureux que tu me permettes à nouveau de dialoguer avec toi et prendre de tes nouvelles.
 
Comment vas-tu? Est-ce que Clytemnestre te laisse en paix pour le moment? A-t-elle pris une décision sur ton sort? Je ne peux prier pour qu'elle mette fin à ta vie, cela est trop dur pour moi de penser que tu nous quitteras à jamais et que je ne pourrai plus t'écrire, néanmoins je prierai les dieux pour qu'ils te donnent un chemin de paix et de joie auquel ton cœur aspire.
 
Si je n'abuse pas trop, puis-je te poser d'autres questions sur ta famille?
 
Tout d'abord, parle-moi de la princesse Polyxène, ta sœur. Un auteur grec a écrit sur elle et sur la mort d'Achille. D'après lui, Achille a vu ta sœur pendant l'anniversaire de la mort Hector, dans le temple d'Apollon. Depuis, il ne cesse de penser à elle et à sa beauté, jusqu'au jour où il décide de ne plus se battre et de se retirer avec sa troupe si Hécube, ta mère, consent à lui donner la main de sa fille.
 
Hécube, qui portait une haine au guerrier d'avoir tué ses fils dont Hector, décide de profiter de l'occasion pour lui tendre un piège et le tuer. Ce fut de cette manière que les archers troyens et Pâris cachés dans le temple ont surpris Achille lorsque celui-ci vint au rendez-vous d'Hécube. Il mourut des coups de Pâris.
 
Par la suite, le fils d'Achille, Néoptolème, décide de venger la mort de son père: pour lui c'est à cause de Polyxène et de sa beauté que son père avait été trahi par Hécube. Il décide d'immoler Polyxène sur la tombe d'Achille avant de lever l'ancre pour la Grèce.
 
Dis-moi si cette histoire est véridique. Peux-tu me raconter en détail ce qui s'ést vraiment passé? Polyxène fut-elle neutre dans cette histoire? Avait-elle des sentiments pour le grand guerrier lorsqu'elle a appris sa demande en mariage? Pourquoi Achille demande-t-il en mariage ta sœur alors qu'il est déjà marié à Déidamie, dont il a un fils? Achille fut-il un coureur de jupons? A-t-il succombé à ton charme aussi, belle Cassandre?
 
Parle-moi d'Agammenon: étais-tu vierge quand il a abusé de toi? Et tes jumeaux, les aimait-il? Pensait-il les élever au rang de princes? Parle-moi aussi de ta vie affective, avais-tu des amoureux, un fiancé?
 
Enfin, donne-moi de tes nouvelles en prison, dis-moi ce que tu fais de ta journée.
 
En attendant, je pense à toi et je prierai de tout mon cœur pour que tu sois libre, quel que soit ton désir, de rester en vie ou de mourir.
 
Paix à ton âme, douce Cassandre!
 
Bien à toi,

Markus


Ami Markus,

Clytemnestre m’interdit de communiquer avec l’extérieur et a fait exécuter l’esclave qui transmettait mes messages. Heureusement, même ici, les amis ne manquent pas et j’ai trouvé une alliée précieuse parmi les femmes qui m’apportent mes repas. Je reprends donc notre correspondance qui me réconforte et m’apaise et je bénis ce jour où j’ai appris à graver les signes parmi les prêtres et prêtresses d’Apollon.

Polyxène et moi avions un point en commun, peut-être un seul, et c’était notre ferme intention de n’appartenir à aucun homme. Je suis devenue prêtresse d’Apollon et elle prêtresse de Minerve-Athéna. La Haute Prêtresse de Minerve-Athéna était Théano, sœur de ma mère, et c’est elle qui a autorisé la dissolution du vœu de chasteté de Polyxène lorsque, dans la dernière année de la guerre, après un voyage à Thymbré pour une cérémonie en l’honneur d’Apollon, Achille réclama une entrevue avec elle en échange d’une trêve. C’était une ruse, bien entendu, pour se débarrasser du bouillant fils de Pélée, le meurtrier d’Hector. Ce furent mes frères qui lui tendirent une embuscade et lui tirèrent une flèche empoisonnée dans le pied, après qu’il se dévêtit pour connaître ma sœur. Après la prise de ma cité, le fils et les amis d’Achille ont égorgé Polyxène sur sa tombe, mais elle était aussi innocente que l’écume de la mer. Elle connaissait le plan pour trahir Achille, mais ne s’en réjouissait pas. Polyxène n’aimait pas Achille et ne voulait pas lui être offerte. Elle aurait préféré que le guerrier soit défait sur le champ de bataille, de manière honorable et je crois que lorsque la sentence est tombée et qu’elle a su qu’elle mourrait sur le tertre d’Achille, elle en fut soulagée, comme si cette mort la lavait de la honte qu’elle ressentait d’avoir pris part à une manœuvre déshonorante. Tu comprends maintenant qu’Achille ne voulait pas épouser ma sœur, mais seulement la connaître. Il s’amusait de voir jusqu’où mon peuple s’avilirait dans la crainte de son bras.

Mes enfants avec Agamemnon ont disparu dès notre arrivée au port. Je ne sais pas si c’est Agamemnon qui les a éloignés ou si c’est Clytemnestre qui s’est emparée d’eux pour les supprimer. Agamemnon les aimait bien, mais c’était la vie confinée sur le vaisseau qui favorisait le rapprochement entre le père et ses fils et je crois qu’en d’autres circonstances, il ne leur aurait pas donné autant d’attention. De plus, il avait un fils officiel, Oreste, qui vit encore, caché quelque part au Nord et lorsque le temps viendra, il fera ce pour quoi il a survécu.

Quant à mes amours, tu sais déjà que je n’ai jamais été mariée. J’ai été fiancée à de nombreuses reprises, malgré mon vœu de chasteté, à des alliés de mon père. Ces unions n’ont jamais eu lieu, car ceux qui demandaient ma main ont tous péri au combat. Cependant, j’ai connu l’amour d’un homme, un Troyen. C’était pendant la guerre et nous avons tous deux veillé à ce que cette liaison demeure secrète.

Mes journées sont tristes et longues. Enfermée dans cette pièce, je file, je tisse, je dors, j’attends… la mort, malgré ton souhait, si touchant, que je demeure en vie.

Je prie les dieux de t’accorder la paix, admirable Markus!

Cassandre, née Alexandra