Sévérine
écrit à

   

Cassandre
Cassandre

     
   

Le statut de princesse

   

Dans une région lointaine, an 461

Princesse Cassandre,             

Je m'appelle Séverine, j'ai quatorze ans et je vous écris d'une région lointaine où j'étudie. J'ai choisi de vous écrire car je vous admire beaucoup, et aussi parce que vous voyez les malheurs qui vont arriver. Je pense que cela doit être difficile de savoir que personne ne vous croit alors que ces malheurs se passent vraiment.

Maintenant, j'aurais quelques questions à vous poser car j'aimerais beaucoup avoir des informations sur vous qui êtes princesse: votre statut n'est-il pas très dur? Vous êtes une princesse connue; n'aimeriez-vous pas être une princesse inconnue dans la vie? La princesse Hélène est beaucoup aimée pour sa beauté, n’êtes-vous pas jalouse?   
   
Avec mon admiration,

Séverine


Paix et joie, Séverine!
 
Je suis princesse, c'est vrai, mais je suis avant tout, dans mon cœur, prêtresse: prêtresse de la Grande Mère et prêtresse d'Apollon.
 
Tu as raison, être une princesse n'est pas bien difficile, mais c'est d'un ennui! Enfin, cela l'était, car maintenant, je ne suis plus qu'une prisonnière. Tu sais, j'aurais avec joie échangé les avantages de la vie au sein de la famille royale pour la liberté que procure une vie plus simple. Mais je sais aussi que chaque destinée comporte une part égale d'infortune et de fortune.
 
Si je comprends bien, je suis reconnue pour être celle qui disait ce que les autres n'entendaient pas. Ce n'est pas une gloire très éclatante ni enviable, à mon sens. La célébrité m'indiffère et m'a toujours laissée froide.
 
Non, je n'étais pas jalouse d'Hélène. Elle possède une grande beauté et un charisme indéniable, mais ses malheurs sont grands et ses larmes nombreuses. Je ressens de la compassion pour Hélène, et de l'amitié.
 
Qu'Apollon éclaire ta route!
 
Cassandre, née Alexandra