Kate
écrit à

   

Cassandre
Cassandre

     
   

Descendance des Troyens

   

Bonjour Cassandra, grande prêtresse de Troie,

Je dois vous avouer ma grande admiration à votre égard et ma grande tristesse pour la destinée des Troyens... Pour moi, c'est de l'injustice, et j'ai même du mal à croire au cheval de bois. Il paraît qu'ils étaient une petite troupe d'hommes cachés dans le flanc du cheval, et c'est là que je ne comprends plus la logique de l'histoire... Je pense que les Troyens étaient un peuple intelligent et qu'étant en guerre, ils devaient avoir des gardes jour et nuit, donc comment n'ont-ils pas vu leurs ennemis sortir du cheval et comment ont-ils laissé ouvrir les portes de la ville? Non, sincèrement, pour moi c'est incompréhensible, mais peut-être, chère prêtresse, allez-vous éclaircir ma lanterne?

Au départ, je ne vous écris pas pour ce manque de logique que je viens de vous énoncer, mais parce que je recherche des descendants des Troyens. Je sais qu'Énée est parti dans le Latium, et que Jules César est un de ses descendants. Mais ce que je ne sais pas, c'est ce que sont devenus les enfants que Pâris eut avec Hélène.

Et vous, princesse troyenne, que sont devenus les enfants que vous avez eus avec Agamemnon? Sont-ils toujours près de vous? Connaissez-vous leur destinée?

J'aimerais parler de beaucoup de choses avec vous, car pour moi vous êtes la vérité et la justice, mais mon message va être trop long et j'attends une réponse avec impatience.

Avec votre permission, je vous embrasse amicalement.

Kate



Amie Kate,

Je te remercie pour ta compassion à l’égard de mon peuple.

Tu dis que c’est injustice que les Troyens aient perdu la guerre et, quoique je leur porte un amour infini, je ne suis pas d’accord. Les Troyens se sont montrés vaniteux et inconséquents. Ils ont fait fi de tous mes avertissements, ridiculisant mes visions et les réduisant à l’état de délire. Ils ont cru se tenir au-dessus de tous, peut-être même au-dessus des dieux.

La nuit de la prise de Troie est un bel exemple de leur folie. D’ailleurs, toi-même tu as de la difficulté à y croire. Imagine ce que j’ai ressenti! Les Grecs s’étaient retirés. La plaine et la plage avaient retrouvé leur aspect déserté et seul un immense cheval de bois trônait face à la mer. Tout cela est véridique. Il est vrai aussi que les Troyens l’ont tiré à l’intérieur des murs et qu’ils ont abandonné leur poste de garde pour boire et célébrer. Ordre du roi Priam. Oui, ma sœur, il a fait cela. Il a cru avoir gagné. Ne crois pas que je ne me sois pas précipitée à ses pieds pour réclamer vigilance, lui demandant bien directement comment il pouvait croire avoir si facilement remporté la victoire. Sais-tu ce qu’il m’a répondu? «Facilement? Dix années de siège te semblent une victoire facile, ma fille? Tu es plus folle que je le pensais!» Et les rires ont retenti dans la maison royale de mon père et, moi, tout ce que j’entendais, c’était l’écho prémonitoire de leurs cris de terreur. J’ai compris que ma cité était perdue.

Je suis ensuite allée trouver Énée. Le reste, tu sembles le connaître et je comprends que sa fuite fut une réussite puisque tu évoques sa descendance; j’en suis très heureuse.

Je ne sais pas ce qui est advenu des enfants que j’ai eu avec Agamemnon. Nous avons été séparés à notre arrivée à Mycènes et depuis, nul ne sait rien à leur sujet, ou ne veut me l’avouer, car je crois que Clytemnestre les a fait mettre à mort.

Que la paix règne dans ta maison!

Cassandre, née Alexandra