Correspondant
écrit à

   

Cassandre
Cassandre

     
   

Ce n'est pas bien de mentir

   

Bonjour Cassandre,

Je voulais te demander si tu n'avais pas de remords suite à l'histoire que tu as eue. Ne penses-tu pas qu'il aurait fallu tenir ta parole ou encore mieux, ne rien promettre du tout à Apollon?

Voici donc ma question: si tu avais le don de revenir dans le passé, ferais-tu le même parcours?

Amicalement,

Sophia


Sophia,

Je ne sais pas trop ce que tu as entendu dire à mon sujet, mais tes présomptions m’apparaissent nombreuses et erronées.

Permets-moi de rectifier le tir. J’ai promis à Apollon de devenir sa prêtresse et de servir son temple. Ce que j’ai toujours fait. Il a voulu me prendre de force, me violer. Jamais, lors de mes vœux, je n’ai promis d’être son jouet sexuel. Alors je me suis opposée, je me suis défendue et je l’ai chassé. Peux-tu m’accuser de traîtrise alors que c’est mon dieu lui-même qui m’a trahie? Sais-tu ce que ça fait que de subir une attaque de la main même de celui qui t’a offert sa protection? Et une attaque de cette nature est d’autant plus odieuse.

Je me suis battue contre lui et j’ai gagné. D’une certaine façon… Il n’est pas parvenu à me violer, mais pour se venger, il m’a discréditée aux yeux de mon peuple, en me maudissant devant tous, déclarant me priver de mon don de prophétie. Cependant, c’était faux. Tout ce que je voyais portait encore l’empreinte du lendemain et les images des terribles maux à venir pour ma pauvre cité condamnée m’assaillaient toujours. Seulement, plus personne n’accordait de crédit à mes prédictions. J’étais devenue une folle, une hystérique; je ne connaissais rien à la guerre; je n’étais qu’une vulgaire femme.

Jusqu’à la toute fin, je suis restée loyale à la vérité, à ma patrie et envers moi-même. De cela, je ne regrette rien. C’est fait et ce fut bien fait. Que les dieux soient bénis, jamais je n’aurai à recommencer. La mort est toute proche et le repos imminent. Je m’en réjouis.

Cassandre, née Alexandra