Magali
écrit à

   


Cassandre

     
   

As-tu une soeur jumelle?

    Bonjour Cassandre,

Quand j'ai choisi le prénom de ma fille, Alexandrine, j'ai voulu en savoir plus sur ce prénom d'origine grecque et j'ai découvert qu’Alexandrine était une déesse, votre sœur jumelle; mes renseignements sont-il justes? Pouvez-vous m’expliquer sa destinée? Cassandre, je vous remercie par avance de m'accorder un peu de votre temps.

Merci,

Magali


 

 


Tout d'abord je voudrais vous remercier de m'avoir répondu, et veuillez excuser cette maladresse! Mais n'apprenons-nous pas tous les jours?

J'espère, Cassandre, que vous ne m'en tiendrez pas rigueur, et que vous m'accorderez encore le plaisir de vous écrire.

Paix et joie à vous aussi, Cassandre.

Magali.


Tu parles juste, ma sœur, nous apprenons tous les jours.

Je ne suis absolument pas offusquée de ta méprise. Je ne m'attends pas à ce que tu connaisses ma vie. Moi-même, je ne sais rien de toi.

Je serais très heureuse d'entamer une correspondance avec toi, Magali. Je ne reçois jamais de visiteurs dans ma prison et chaque distraction est la bienvenue.

Que la Grande Mère t'accorde sa protection!

Cassandre, née Alexandra


Bonjour Cassandre,

Je suis désolée de ne pas avoir répondu tout de suite, je suis une maman d'une petite fille de trois mois et elle a toute mon attention; de plus je prépare les fêtes de fin d'année. Connais-tu ces fêtes? Aviez-vous d'autres festivités en Grèce?

Avez-vous eu la chance d'être maman aussi? Moi c'est mon premier bébé, c'est merveilleux et je souhaite à toute femme de connaître ce bonheur! Cassandre, j'aimerais vous poser une autre question bien embarrassante: pourquoi la prison?

Désolée, je dois vous laisser: l'heure du biberon m'y oblige.

Paix et joie,

Magali.


J'ai eu deux fils, Magali, des jumeaux, mais ils ne furent pas pour moi une source de bonheur comme l'est ta petite fille. Mes fils sont nés de mon viol par Agamemnon, lorsqu'après la prise de Troie je devins sa captive, sa part du butin. Ils me furent retirés dès notre arrivée à Mycènes par la reine et épouse d'Agamemnon, Clytemnestre. Je ne sais pas ce qu'ils sont devenus. Certains esclaves racontent qu'elle les a fait mettre à mort, d'autres prétendent qu'ils furent sauvés et sont encore en vie.

Pour ce qui est des fêtes que nous célébrons à ce temps-ci de l'année, à Troie, si elle n'avait pas été réduite en cendres, nous aurions célébré le solstice d'hiver, la fin des jours sombres et la promesse de renouveau apportée par le retour du soleil. C'est aussi le mois des célébrations dionysiaques qui apportent un peu de chaleur à cet hiver. Cette année, pour moi, l'hiver ne représente plus que le souffle tranchant de Borée, le vent du nord, qui refroidit ma chambre.

Pourquoi la prison? Parce que je suis une esclave de guerre et que ma geôlière, la reine Clytemnestre, n'a pas encore décidé si elle osera trancher la gorge de la prêtresse que je suis, car grande est sa crainte des dieux.

Sois heureuse, Magali, et que la Grande Mère vous protège, toi et ta fille!

Cassandre, née Alexandra