ghalia et zaineb
écrit à

   

Cassandre
Cassandre

     
   


À la recherche de la vérité

   

ISCcarthage
 
Chère Cassandre,

Je suis honorée de vous écrire cette lettre car vous êtes un personnage extraordinaire. Je vous ai rencontrée quand j’étais en sixième, lors du cours sur la mythologie grecque. Vous étiez la seule à attirer mon attention: votre histoire m’a tout de suite passionnée, et depuis j’ai fait des recherches sur votre vie. Mais quelques points m’intriguent encore.

Pourquoi avez-vous repoussé Apollon, le dieu du chant, de la musique et de la poésie?
 
Vos prédictions sont-elles vraiment arrivées?

Votre frère jumeau a-t-il le même don que vous? Et comment avez–vous reçu votre don?

Pour moi, vous êtes la seule qui puisse répondre à ces questions.

Merci de votre attention, pour moi c’est un grand honneur de pouvoir communiquer avec vous.


Paix et joie!

Ta lettre est un véritable baume pour ma pauvre âme esseulée. Dans cette chambre mycénienne qui est ma geôle, ta visite et ton amitié, même en mots, me procurent une grande chaleur intérieure.

Apollon est un dieu volage. Je le vénère et je le sers, car il est ce que la civilisation a de plus brillant à offrir. Cependant, je ne me suis jamais illusionnée sur la qualité de son amour. Apollon aime aussi longtemps que son désir dure et, lorsqu’il est satisfait, il se détourne. Je ne suis pas intéressée par une telle liaison. Mon intérêt envers Apollon a toujours été, et sera toujours, spirituel, non pas sexuel.

Mes prédictions étaient justes. Troie a brûlé comme je l’avais annoncé dix ans avant les tragiques évènements.

Mon frère jumeau est Pâris Alexandre. S’il avait possédé le don de voir l’avenir, je ne crois pas qu’il aurait agi comme il l’a fait, c’est-à-dire commettre l’irréparable insulte d’enlever la reine de Sparte. Mon pauvre jumeau, au contraire, a toujours été aveuglé par la force de ses passions et n’a jamais vu plus loin que le bout de son nez. Un de mes nombreux frères, Hélénos, a lui aussi des visions. Après la prise de Troie, il a vendu sa vie à Néoptolème, le fils d’Achille.

J’ai toujours eu le don de voir ce qui était invisible aux yeux des autres, mais ce sont les prêtres et prêtresses d’Apollon qui m’ont enseigné à maîtriser mes capacités.

Cassandre, née Alexandra