Achille
       

       
         
         

Sallia

      Chère Cassandre,

Je t'écris à nouveau pour te demander des détails sur la mort d'Achille. Sais-tu qu'il est possible de discuter avec lui via Dialogus? Sauf qu'il se trouve dans une période antérieure à la tienne; ni Hector, ni Patrocle ne sont encore morts, et il boude toujours Agamemnon. Tu devrais lui écrire!

Amitiés,

Sallia

 

       
         

Cassandre

      Paix avec toi, Sallia!

Je me souviens de toi, tu t’intéressais au sort de ma mère. Maintenant, voilà que ta curiosité te pousse vers le belliqueux Achille? Il n’y a pas grand-chose à en dire: il surpassait tous les hommes au combat, sa rapidité et sa fureur ne passaient pas inaperçues, tu sais. Malgré le fait qu’il ait décimé ma famille et nos alliés, je n’ai jamais pu m’empêcher de constater qu’il était aimé des dieux. Nul ne pouvait se comparer à lui. Cela, Hector le savait. Lorsqu’il a compris que la fuite était inutile et qu’il a affronté Achille sous les remparts d’Ilion, Hector savait que la mort l’attendait. Hector s’est mesuré à Achille avec courage, tout en sachant que le trépas serait sa seule récompense. L’honneur ou le déshonneur, la mort ou la vie…

Bien après la mort de Patrocle et d’Hector, Achille n’a plus pensé qu’à la guerre. Il combattait sur la plaine avec rage et anéantissait tout sur son passage. Comme je l’ai dit, malgré l’horreur de voir les nôtres se faire massacrer ainsi, nous ne pouvions nous détacher des remparts, et observer les combats constituait notre activité principale. Peut-être espérions-nous une aide divine qui aurait permis à nos guerriers, comme du temps de la colère d’Achille, d’accomplir quelques prodiges face à l’armée grecque. Mais il était bien fini ce temps!

Un jour, pourtant, Achille cessa de guerroyer, une vision venait d’accaparer son attention: ma soeur Polyxène. En effet, sa beauté, sans être aussi éclatante que celle d’Hélène, attirait les hommages. Il s’éprit d’elle et la désira avec tant de fougue qu’il accepta de marchander avec mon père. Achille demandait à voir Polyxène, à lui parler. En échange, il cesserait le combat pendant quelque temps. Polyxène était furieuse. Prêtresse de Pallas Athéna, elle avait fait voeu de chasteté. Ma tante, Théano, soeur de ma mère, haute prêtresse de ce culte, avait rompu elle-même les voeux de ma sœur, sans s’occuper des lois.

Polyxène rencontra donc Achille, à l’abri derrière les murs du temple d’Apollon. Mon frère Alexandre, conformément au plan des Anciens, se dissimula dans les herbages et tira une flèche empoisonnée dans le talon d’Achille. C’est ainsi que mourut le plus grand des guerriers, agrippé aux bras de ma soeur, pleurant comme un petit garçon et réclamant sa mère à grands cris. Le ciel s’assombrit, mais les combats se poursuivirent. Achille avait vécu selon son Destin; Achille trépassait selon son Destin.

Sa femme Déidamie et son fils Néoptolème vinrent rejoindre l’armée quelques mois plus tard. Déidamie pleura longuement son époux mort, tandis que le fils reprit le combat de son père avec une vaillance assez semblable pour finir d’effrayer notre peuple. Certains disaient que l’esprit d’Achille habitait maintenant le corps de son fils. La peur couvait en nous et la terreur décimait nos guerriers mieux que n’importe quel autre assaillant. Toujours nos hommes venaient se réfugier derrière nos murs infranchissables, confiants que jamais Troie ne serait prise.

Plus tard, après la chute de Troie, les amis d’Achille, par vengeance, affirmèrent que son esprit était venu réclamer ma soeur Polyxène en sacrifice. Ils l’égorgèrent sur le tombeau d’Achille, confirmant leur cruauté et s’attirant définitivement la colère des dieux.

Je n’écrirai pas à Achille. Que pourrais-je dire à cet homme? Que pourrais-je dire qu’il acceptera d’entendre? N’a-t-il pas décidé d’embrasser sa Destinée? Il ne m’appartient pas de le détourner de son parcours, ni de refuser le mien.

Que la Grande Mère te protège!

Cassandre, née Alexandra