Retour en page d'accueil de Dialogus

Mélanie
écrit à

Rose DeWitt Bukater


Votre histoire en quelques questions


   

Bonjour chère Rose,


J'espère que tout va bien pour vous dans votre vie actuelle. J'aurais quelques questions à vous poser et sachez que je n'ai aucune envie de remuer le couteau dans la plaie, alors si vous ne voulez pas répondre à une question, dites-le moi.

J'aimerais savoir si, ce soir où vous avez rencontré Jack pour la première fois, vous alliez vraiment sauter. N'aviez-vous plus aucune raison de vivre? Et lorsque vous l'avez vu, avez vous senti qu'une histoire d'amour allait débuter entre vous deux? Pouviez-vous vous en douter? Sachez que votre histoire m'a beaucoup émue et que vous restez un classique en matière d'amour passionnel, malheureusement perdu, à l'instar de Roméo et Juliette.

Mes autres questions sont à propos de «l'après-Titanic»: avez-vous pu continuer à vivre après de telles épreuves? Est-ce-que les images vous hantaient? Vous avez fait cette promesse à Jack, une très belle promesse mais qui, je pense, doit être difficile à réaliser. Combien de temps (environ) vous a-t-il fallu pour vous remettre de ces épreuves? Enfin, avez-vous déjà recroisé un survivant du naufrage (employé, client...)? N'avez-vous jamais raconté cette expérience auparavant, aux familles de victimes, etc.?


Merci beaucoup pour le temps que vous allez me consacrer et encore une fois pardon si je vous ai offensée, mais je suis plutôt du genre curieuse...

Mélanie


Chère Mélanie,


On entend souvent dire que la curiosité est un bien vilain défaut mais, dans votre cas, j'estime que vos questions sont légitimes et nullement offensantes. Il est vrai que mon histoire provoque toutes sortes d'interrogations et mon rôle sur Dialogus est d'y répondre le plus sincèrement possible.

Ma rencontre avec Jack Dawson s'est déroulée le premier soir du voyage où, effectivement, j'avais l'intention de sauter par-dessus bord car je ne supportais plus le monde dans lequel j'étais enchaînée. Je ne voulais plus vivre de cette manière et la seule issue, pour moi, était d'en finir définitivement mais après avoir escaladée la balustrade, j'ai pris peur et c'est là que j'ai entendu la voix de Jack pour la toute première fois. Je me suis alors retournée et j'ai constaté que son visage ne m'était pas inconnu car je l'avais aperçu dans la journée depuis le pont des premières classes où il était en train de discuter avec ses acolytes. Le coup de foudre n'a pas été immédiat me concernant car j'étais trop perturbée par ma volonté de sauter, mon appréhension de commettre cet acte et l'insistance de Jack à vouloir me retenir. Ce n'est qu'en le côtoyant et en apprenant à le connaître quotidiennement qu'un attachement est né entre nous deux.

Le temps passe mais les souvenirs restent... Vous avez certainement déjà dû entendre ou lire cette phrase qui reflète assez bien ma vision personnelle à propos de cette tragédie. Continuer de vivre après de telles épreuves fut très difficile mais jamais je n'aurais failli à la promesse que j'ai faite à Jack alors je me suis accrochée à cet avenir de toutes mes forces sans pour autant oublier. J'ai vécu ma vie telle que j'aurais voulu la vivre aux côtés de Jack: en vivant ma passion pour le théâtre, en me mariant, en devenant mère. Avec le recul, j'estime que «la force de vivre» est un don que m'a légué Jack depuis notre rencontre et je me dois de lui rendre cet hommage encore aujourd'hui.

Quant aux survivants du Titanic, je n'ai jamais revu quiconque depuis le débarquement du Carpathia à New-York et je n'ai jamais eu l'occasion de témoigner de mon histoire avant d'être contactée par Dialogus.

Est-ce que mes réponses vous conviennent? N'hésitez pas à me réécrire si vous en éprouvez le besoin, je suis là pour vous répondre.


Affectueusement,
Rose


Bonjour chère Rose,


Merci beaucoup d'avoir répondu aussi franchement à mes questions. Si vous souhaitez aussi m'en poser, pas de problème mais j'ai bien peur que l'histoire de ma vie soit moins intéressante!

J'ai enfin une dernière question qui me revient. Je balance depuis longtemps sur l'issue de votre histoire. Finit-elle bien ou mal? On est d'abord tenté de dire mal, bien sûr, car il y a eu des centaines de morts dans cet accident, Jack est mort, votre futur avec lui est mort aussi... Mais, lorsqu'on examine votre cas particulier, on pourrait croire que vous avez été rescapée, au sens propre comme figuré. Vous avez eu la force de vous battre et surtout de vivre! Alors, même si j'ai conscience que cette question est inhabituelle, elle me trotte dans la tête depuis un moment: «Happy End» ou pas?


Bien à vous,

Mélanie



Il serait totalement déplacé d'affirmer que mon histoire se termine bien quand on pense à l'ampleur de cette tragédie et au nombre horrifiant de ses victimes. Certes, j'ai survécu mais si le destin en avait été autrement le naufrage n'aurait pas eu lieu, tous les passagers seraient arrivés à bon port et ma vie aurait partagé celle de Jack. Notez que je ne regrette en rien mon existence depuis la catastrophe jusqu'à aujourd'hui car malgré l'absence de Jack, j'ai pu mener la vie que j'ai toujours souhaitée. En ayant renoncé à mon passé, je suis devenue une femme forte et déterminée face à ce que je voulais entreprendre. Je n'aurais jamais vécu tout cela si je n'avais pas rencontré Jack et je lui serai reconnaissante à vie de tout ce qu'il a fait pour moi.

Ceci est ma propre analyse de la question que m'avez posée mais libre à vous d'interpréter l'issue de mon histoire selon votre conviction personnelle.


Affectueusement,

Rose


Merci beaucoup pour vos réponses, Rose. Je pense que vous êtes une source d'inspiration pour beaucoup d'entre nous.


Bien à vous,

Mélanie
************************Fin de page************************