Retour en page d'accueil de Dialogus

Marianne
écrit à

Rose DeWitt Bukater


Vos promesses


   

Salut Rose,

Je voulais savoir si, après le naufrage, tu as commencé à faire tout ce que Jack et toi deviez faire ensemble comme fumer et cracher.

Marianne


Bonjour Marianne,

Je commence tout d'abord par reprendre les termes que vous avez employés dans votre courrier: «Comme fumer et cracher» et une question me turlupine: est-ce réellement cette vision-là que vous avez de ma personne?

Sachez que le rang que j'occupais m'interdisait d'avoir le moindre écart de conduite pouvant nuire à la réputation de ma famille. Cracher aurait été donc une véritable offense dans la haute société, surtout si cette action émanait d'une femme. Mais en découvrant la vie de Jack, j'ai eu une irrésistible envie d'être libre et donc oui, j'ai craché comme un homme! Je voulais qu'il m'apprenne tout ce que je ne pouvais pas faire, je désirais juste être moi-même. Moi, Rose Dewitt-Bukater et non la fille de Ruth ou la fiancée de Cal.

Quant au fait de fumer, je ne le faisais qu'en présence de ma mère dans l'unique but de l'importuner. J'étais consciente que cela l'agaçait et c'était pour moi une manière de m'affirmer face à elle. J'ai cessé cette pratique après le naufrage.

Concernant ma vie d'après, je vous invite à consulter mes précédentes correspondances dans lesquelles vous trouverez la réponse à votre question. Si vous en avez d'autres, faites-les moi parvenir et j'y répondrai sincèrement.

Affectueusement,

Rose


Bonjour Rose,

Merci d'avoir répondu si vite. Non, je n'ai pas de vous la vision que vous pensez . Au contraire, je vous trouve courageuse, forte et intelligente. Vous avez su tenir tête à votre mère et ne point mourir pendant le naufrage. Est-ce que la mort de Jack vous rend malheureuse?

Marianne



Chère Marianne,

Il n'est jamais simple de vivre sans les personnes qu'on aime, surtout quand celles-ci ont marqué à jamais notre vie, comme Jack. Durant la panique qui régnait sur le paquebot avant qu'il ne sombre dans l'Atlantique, j'ai renoncé à partir avec ma mère quand on m'a fait embarquer de force dans le canot de sauvetage. Je ne pouvais laisser Jack seul: si nous devions périr, ce serait ensemble. Jusqu'au bout j'ai été à ses côtés et je ne pensais pas une seule seconde qu'il perdrait la vie cette nuit-là. J'étais persuadée que les canots allaient revenir nous chercher et que nous allions pouvoir débuter notre nouvelle vie tous les deux mais seul l'un d'entre nous a pu se relever et il était trop tard... Jamais Jack n'a quitté mon cœur, il me manque terriblement mais je sais qu'il sera là quand mon heure sera venue de quitter cette terre.

Affectueusement,

Rose

************************Fin de page************************