Retour en page d'accueil de Dialogus

Teresa
écrit à

Emma Bovary


Votre mariage


   

Chère madame Bovary,

Pourquoi n'avez vous pas aimé votre famille? Votre fille? Et votre mari?

Teresa


Mademoiselle, ou Madame,


Souffrez d'abord que je vous rappelle que ma famille est encore composée de ma mère et de mon père, car, hélas! je n'ai point connu la joie d'avoir une sœur à qui me confier, ou un frère qui sût prendre ma défense. Ma mère est morte il y a bien longtemps, et je ne peux me souvenir comme je l'aimais qu'à l'aune du vide qu'elle a laissé dans ma vie de fille et de femme, du manque que rien ne saurait combler. Quant à mon père, le pauvre homme, je l'aime beaucoup, et il a fait tout ce qu'il a pu pour me donner des qualités du monde où je ne serai jamais... Que voulez-vous! Il a cru bien faire, et il a donné des perles aux cochons!

Je ne vois pas ensuite que vous pussiez dire que je n'aime pas ma fille! De quelle sorte de mère parleriez-vous donc? Bien sûr que j'aime cette petite -j'adore les enfants, ils sont ma joie de vivre, mon réconfort- bien qu'elle soit étrangement laide. Mais les enfants sont fatigants; leurs cris incessants, leurs gémissements perpétuels et leurs questions m'indisposent; aussi, je la laisse volontiers à qui a plus de patience que moi.

Quant à aimer mon mari, mon Dieu! J'ai cru aimer me marier, peut-être; j'ai cru à ce que j'avais lu, mais pourquoi voulez-vous que j'aime un homme qu'on m'a choisi et qui m'a enfermée dans une cave humide et sans fenêtre?


E. B.

************************Fin de page************************