Stella
écrit à

   


Emma Bovary

   


Mariage avec Charles
 

    Bonjour Emma,

Je suis désolée de m'adresser à vous en des termes si directs, mais vous ne m'êtes pas très sympathique! Pourquoi avoir épousé ce pauvre Charles alors que vous saviez très bien qu'il ne vous correspondait pas? N'avez-vous pas l'impression que c'est vous qui l'avez étouffé avec vos ambitions pour deux, comme lors de l'opération (ratée) qu'il a tentée en connaissance de cause, mais uniquement pour se faire valoir à vos yeux?


Madame,

Je ne comprends pas très bien votre question; je ne comprends pas très bien pourquoi vous dites «ce pauvre Charles». Pourquoi l'avoir épousé? Mais, madame, parce qu'il m'a demandée, et parce que mon père m'a donnée! Et pourquoi aurait-il refusé? Mon père avait voulu me donner une éducation qui dépassait les leçons du curé que j'aurais suivies avec mes petits camarades tout crottés, avant d'aller galoper dans les champs pour y faire Dieu sait quoi; il avait refusé de me donner tout de go, à seize ans, à l'un des rustauds du village qui m'aurait usée au labour et m'aurait fait six enfants; éduquée comme à la ville, au village on a fini par me trouver trop gracieuse sans doute, trop hautaine, trop au-dessus; car les paysans ne peuvent supporter que l'on se soigne pour aller à l'Église. Mais il faut bien dire que les grosses paysannes rougeaudes en soie ont l'air attifées; alors elles ne peuvent supporter un peu d'élégance, qui leur rappelle trop leur patauderie et leur noirceur. Arrive alors un médecin, un homme de la ville, avec une condition honorable, et du bien de sa veuve. Pourquoi refuser?

Si c'est cela, madame, que vous nommez mes ambitions, je ne vois pas ce qu'il y a de bien déplacé à ne pas vouloir toute sa vie panser des volailles et mener les bêtes au pré. J'ai préféré élever mes futurs enfants dans une maison propre et dénuée de cris d'animaux. Quant à ce «pauvre Charles», je ne crois pas qu'il ait eu à se plaindre de ma conduite; et au vu de son air satisfait et de son sommeil serein d'après-dîner, il semble se contenter avec délices de ce que vous appelez mon ambition.

Emma B.