Morgane
écrit à

   


Louis II de Bourbon

   


Votre famille
 

   

Monseigneur,

Excusez-moi de vous déranger, mais je voulais vous poser quelques questions: quelles sont vos relations avec le Roi? Vous a-t-il pardonné votre trahison de la Fronde?
Et quelles sont vos relations avec les autres membres de la famille royale: Monsieur, Madame, le Dauphin? Et, enfin, avec votre frère et votre sœur? Avec vos parents?

Avec tous mon respect et mon amitié,

Morgane


Madame Morgane,

En ce qui concerne vostre première question, il m'est arrivé d'y respondre lors de mes correspondances avec vos contemporains. Monsieur Dumontais m'asseure que vous pouvez les consulter, de ce fait je vous renvoie à leur lecture.

Il y a plusieurs années maintenant que je préfère de loin le séjour de Chantilly à celuy de la Cour. Mes relations avec les autres membres de la famille royale sont ce qu'elles doivent estre: cordiales et respectueuses.

Mon frère et mes parents ont quitté ce monde il y a déjà très longtems. Lors de leur décès, cela faisoit un bon moment que je n'entretenois plus aucune relation avec mon frère et ma soeur. Non point que j'aye déjà entretenu une relation quelconque avec mon frère. Nous estions très différents dans nos manières et nos caractères. Quant à ma soeur, les événemens de la Fronde puis sa conversion ont fait en sorte de nous éloigner.

Mon père et moy estions aussy très différens mais j'avois un grand respect pour luy. Je luy ay obéi en tout (enfin, disons que mes désobéissances ont esté très limitées), comme doit le faire un bon fils. J'avois une grande admiration pour ma mère et j'auray toujours le regret de ne pas avoir esté à ses costés au moment de sa mort. Ma mère estoit une femme extraordinaire et je ne crois point qu'il existe de mots assez beaux, assez puissants et d'une assez grande valeur pour la décrire.

Dans l'attente de vous lire de nouveau, madame Morgane, je demeure

Vostre dévoué,

Louis de Bourbon