Martine
écrit à

   


Louis II de Bourbon

   


Vatel
 

    Votre Altesse,

Avez-vous eu des regrets d'avoir permis la vente d'un être humain qui vous avait dédié toute sa vie?  Selon moi, vous avez démontré la plus grande bassesse envers l'humanité. J'espère, au moins, que vous avez joui de la récompense, si votre conscience vous l'a permis.

Martine



Madame, 

Vous semblez me tenir pour responsable de la mort de Vatel. Mais je ne vois pas de quoi vous voulez parler. La vente d’un être humain? Vatel s’est lui-mesme enlevé la vie. En quoi pourrois-je être responsable de son geste?

Louis de Bourbon