La bourgeoisie au XVIIe siècle
       

       
         
         

David le boss

      Votre Altesse,
Je vous remercie mille fois d'avoir répondu à ma dernière missive. Mais je voudrais vous poser une question: ne pensez-vous pas que la bourgeoisie d'affaires devrait occuper une place plus importante dans les affaires de l'État, et que pensez-vous aussi de la monarchie constitutionnelle anglaise?

Dans l' attente de la réponse que Sa Majesté daignera me faire, veuillez agréer, Votre Altesse, mes sentiments les plus dévoués.

 

       
         

Louis II de Bourbon

      Monsieur Leboss,

Laissez-moi d'abord vous dire que j'apprécie vos questions toujours pertinentes. Je respondray d'abord à la première partie de vostre question.

J'entends bien que vous parlez des «riches marchands» lorsque vous employez les mots «bourgeoisie d'affaires». Alors je vous respondray sans la moindre hésitation que non, à mon avis ils ne devroient pas occuper une place plus importante au sein de l'Estat. Il est primordial pour le Royaume que chacun reste à sa place et joue son propre rosle. L'Estat est incarné dans le Roy. Les affaires de l'Estat ne concernent que Luy et Luy seul. Bien sûr, le Roy a des conseillers et Il les choisit selon son bon plaisir parmi ses sujets. Tous les sujets du Roy contribuent au service de Sa Majesté et du Royaume, chacun d'après le rang qu'il occupe. Les membres du Clergé veillent sur les asmes, le rosle de la Noblesse est de servir le Roy militairement lorsque Sa Majesté le demande ou de l'assister de ses conseils si tel est Son désir. Les riches marchands, quant à eux, s'occupent de commercer et leur but premier est le profit. Auroient-ils le mesme zesle au service du Roy? Ni le Clergé ni la Noblesse n'ont le besoin ni le but d'augmenter leur richesse ou d'acquérir un prestige qu'ils ont déjà de par leur naissance et leur qualité. Ce qui n'est pas le cas des riches marchands, qui eux risqueroient de faire passer leur propre intérests avant celuy de l'Estat et du Roy.

Certains personnages issus de grandes familles marchandes ont su se faire une place auprès du Roy. Je crois cependant que le rosle de conseiller devroit appartenir à la Noblesse dont c'est de toute façon la mission fondamentale. Ceci dit, c'est au Roy de décider de ses conseillers et Sa Majesté est libre de suivre leurs conseils ou non. Si Sa Majesté aujourd'huy juge qu'un personnage issu d'une famille marchande doit estre son conseiller, c'est qu'Elle a de bonnes raisons de le faire. Mais de là à dire que les marchands devroient occuper une place plus importante au sein de l'Estat, il est bien évident que non.

En ce qui concerne la Monarchie angloise, il est vray que le Parlement y tient une place plus importante qu'au Royaume de France. Mais c'est aussi que les parlements françois n'ont pas le mesme rosle à jouer. Pour le Roy anglois, le Parlement fait office de conseiller. Il doit le consulter par exemple lorsqu'Il souhaite lever de nouveaux imposts et obtenir son accord. En France, le rosle des parlements est uniquement judiciaire. Les membres des parlements rendent la justice du Roy en son nom. Je pense que, comme dans le cas précédent, certains membres du Parlement anglois peuvent mettre leur propre intérest devant celuy de l'Estat et du Roy. Le Roy seul sait parfaitement ce qui est bon ou non pour son Royaume et ne doit pas avoir besoin de demander l'accord de qui que ce soit lorsqu'Il prend une décision.

Voilà, Monsieur, ce sont là les responses aux questions que vous m'avez fait parvenir. Une dernière précision cependant, d'ordre plus général. Bien que je sois flatté que vous me donniez le titre de Majesté, vous pouvez réserver ce titre à Sa Majesté luy-mesme et ne me donner que le mien, celuy d'Altesse Sérénissime.

J'espère que ces responses ont su vous intéresser. Bien entendu, je vous invite à ne pas hésiter à m'en faire parvenir d'autres, si l'envie vous en prend.

Dans cette attente, je demeure, Monsieur Leboss, à vostre service,

Louis de Bourbon