Retour en page d'accueil de Dialogus

Alice et Marine
écrivent à

La Belle au Bois Dormant

Avoir des précisions sur votre vie


   

Votre Altesse,

Nous nous appelons Alice et Marine et nous avons treize ans et demi, nous sommes en classe de Quatrième au collège des Barattes en Haute-Savoie.

Nous avons choisi de vous écrire car nous avons lu votre histoire et nous voudrions plus de précisions sur vos sentiments. Nous avons aussi beaucoup aimé votre histoire hors du commun car vous êtes une princesse victime d'un malentendu: vos parents n'avaient pas prévu de couverts en or pour la plus vieille fée du royaume qui avait été oubliée sur la liste des invités. Est-ce que vous aviez connaissance, avant vos seize ans, du sort maléfique que vous avait jeté la fée la plus âgée du royaume?

La piqûre du fuseau vous a plongée dans un sommeil profond; vous souvenez-vous d’avoir rêvé dans votre long sommeil?

Vous avez aussi failli être la victime de votre belle-mère: avez-vous été surprise du fait qu'elle soit une ogresse? Sans la bonté de votre valet, vos enfants auraient été dévorés; ont-ils été perturbés par l’attitude de votre belle-mère envers eux?

Mais finalement, vous vous en êtes bien sortie et maintenant que vous êtes devenue reine, avez-vous beaucoup de responsabilités dans le royaume? Avez-vous du temps libre pour vous? Nous voudrions savoir aussi ce que sont devenus Aurore et Jour.

Nous espérons que nos questions ne vous ont pas importunée.


Dans l'espoir d'une réponse de votre part, nous vous prions d'agréer, Votre Altesse, l'expression de nos sentiments respectueux,

Alice et Marine


Demoiselles Alice et Marine,


Tout d’abord, quelle magnifique lettre de votre part! Je vois que vous avez reçu une bonne éducation et que vous faites preuve de bonnes manières. Voilà qui est plaisant! N’ayez crainte de me déranger, c’est un ravissement de recevoir une si belle missive.

Je vais essayer de répondre du mieux que je peux à vos questions. Et ne soyez pas embarrassées le moins du monde si d’autres questions vous viennent à l’esprit: écrivez-moi!

Mes parents, pour me protéger, me cachèrent la malédiction qui pesait sur moi. À peine fut-elle prononcée que mon père, le roi, fit publier un édit, par lequel il défendait à toute personne de filer au fuseau, ni d'avoir des fuseaux chez soi sous peine de la vie. Quant à moi, je vécus dans l'insouciance la plus totale, entourée de tous les soins que des parents aimants savent prodiguer à leur enfant.

Pendant ce très long sommeil, la bonne fée m'a effectivement procuré le plaisir des songes agréables: j'y ai rêvé de mon prince et lorsque je me suis éveillée, je l'ai reconnu parce que je le connaissais déjà!

Vous me parlez, mes chères demoiselles, de choses bien effrayantes qui, j'espère, ne se produiront jamais. Aujourd'hui, le prince et moi sommes les heureux parents d'une petite fille, Aurore. Je vis toujours au château de mes parents avec le prince qui ne m'a pas encore présentée aux siens. Mes journées s'écoulent paisiblement. Vous pouvez en lire le détail dans des correspondances que j'ai eues il y a quelque temps.


Je vous souhaite une agréable soirée et je vous redis tout le plaisir que j'ai eu à vous lire.

Belle au Bois Dormant

************************Fin de page************************