Retour en page d'accueil de Dialogus

Thomas, Eliette, Clara
écrit à

Achille


Vos plus grands sentiments


   


Ô grand Achille,

Nous ne savons pas par où commencer, nous avons tellement de choses à te demander! D'après ce que nous savons, tu as tué une multitude de personnes et pourtant, tu ne crains pas les dieux! As-tu de la tristesse pour les hommes que tu as tués? Qu'est-ce que cela fait de partir de chez soi sans savoir si l'on va revenir un jour?

Quel sentiment as-tu éprouvé en voyant les remparts de Troie? Pourquoi en veux-tu aux Troyens? En particulier à Hector? Sais-tu qu'il a cru te tuer? Mais pourrais-tu un jour pardonner?

Aimais-tu vraiment Briséïs, ou ce n'était qu'une femme pour toi? As-tu souvent fait d'aussi grandes batailles? As-tu peur de mourir? Mais comprendras-tu que, parfois, ton orgueil n'est pas bon pour ton image? Et... juste comme ça, sans trop t'offenser: comment laves-tu tes cheveux?

Avez-vous peur de la mort? Bonne chance pour la suite! Nous admirons votre façon de combattre.
Nos plus grandes salutations distinguées.

Clara, Eliette, Thomas

P. -S: surveillez bien votre talon!




Achille vous salue, Clara, Éliette et Thomas!

Je n’ai pas l’habitude de pleurer mes victimes. Cependant, si je combats contre un guerrier valeureux et honorable et que mon bras le dompte, il peut m’arriver de ressentir une certaine affliction à voir s’éteindre un grand homme. Ce n’est pas de la tristesse, c’est une forme d’hommage, tout au plus.

Vous savez, la guerre ne fait pas de cadeau et ceux qui s’y engagent savent ce qui les attend. Lorsqu’on veut vivre une vie paisible, on devient aède ou prêtre et lorsque l’ennemi approche, on baise ses genoux afin qu’il nous garde la vie sauve. Moi, j’ai choisi de ne m’agenouiller devant personne. Qui peut se vanter, lorsqu’il quitte sa maison, d’y revenir le soir? La mort attend tous les hommes, peu importe la vie qu’ils ont menée.

Troie est une cité très impressionnante et mon premier sentiment fut que ce siège allait être long. Je ne m’étais pas trompé. Les Troyens sont mes ennemis. Depuis les neuf dernières années nous nous affrontons. Je ne les hais pas personnellement, seulement je ne suis pas venu ici pour nouer des amitiés, mais combattre. Je vous le répète, c’est la guerre, pas une partie de plaisir.

Quant à Hector, il devait mourir; c’était lui ou moi. Hector n’a pas cru me tuer. Il savait qu’il affrontait Patrocle, car ils ont échangé des mots avant de se battre.

Briséis est une femme merveilleuse, mais la terre compte tant de femmes exceptionnelles, comment n'en aimer qu’une seule? Je me suis embarqué à quinze ans vers Troie. Voyant que le siège s’éterniserait, mon cousin Ajax a pris une partie de l’armée avec lui et est parti combattre en Thrace pour nous approvisionner en butin et denrées, tandis que moi, je suis descendu au sud pour piller des dizaines de cités et faire honneur au nom de mes pères.

Je ne crains rien, ni la mort, ni la souffrance, ni les hommes, ni les dieux.

Je lave mes cheveux dans de l’eau tiède, les démêle avec mes doigts et ensuite je les enduis d’huile parfumée.

Que les dieux vous soient cléments!

Achille

************************Fin de page************************